Dans l'actualité récente

F1 – Raikkonen nostalgique des années 2000

Voir le site Automoto

F1 2014 - Kimi Raikkonen
Par Stéphanie OLIVERO|Ecrit pour TF1|2015-08-03T15:46:32.703Z, mis à jour 2015-08-03T17:55:29.635Z

Kimi Raikkonen dit regretter le temps des années 2000 dans un entretien accordé il y a une dizaine de jours à nos confrères britanniques d’ESPN.

L’interview est intitulée « Leave him alone, he knows what he is doing » -mot pour mot : « Laissez le tranquille, il sait ce qu’il fait », référence bien sur à cette fameuse réplique culte qu’il avait eu à la radio avec son team lors du Grand-Prix d’Abu Dhabi 2012.

Le coup de gueule de Raikkonen

Kimi Raikkonen, réputé pour son franc-parler, figure parmi les pilotes les plus expérimentés du plateau avec douze saisons à son actif. Il est d’ailleurs un des cinq champions du monde encore en activité. Souvenez-vous, le Finlandais avait fait ses débuts en 2001 chez Sauber avant de rejoindre un an plus tard l’écurie McLaren-Mercedes. Il y restera jusqu’en 2006 avant d’intégrer Ferrari avec qui il décrochera le titre en 2007. En 2010, Raikkonen décide de faire un break et s’essaiera brièvement au rallye. Mais le manque de la piste se faisant ressentir, il revient chez Lotus en 2012. 2014 marque son grand retour au sein de la Scuderia, team au sein duquel il évolue toujours…

Et avec du recul, Kimi Raikkonen n’hésite pas à livrer son avis ; ce dernier affichant une nette préférence pour les monoplaces de ses débuts, d’abord pourvues de V10 puis de V8 : « Les voitures sont plus lentes aujourd’hui et en tant que pilote c’est frustrant car c’est justement la vitesse que vous recherchez, confie-t-il. Outre le fait que la voiture en elle-même était plus rapide, les pneus étaient également meilleurs […] C’était plus amusant de piloter avec les anciennes gommes car vous pouviez attaquer sans relâche. Maintenant, il faut faire attention à tout économiser :  les pneus, le carburant… Bref nous sommes toujours à la limite mais nous ne les repoussons pas pour autant… C’est devenu impossible d’attaquer dans certains virages ! Alors oui : clairement, je préférais les voitures des années 2000. Les changements de règlement ont beaucoup influencé les choses et pas toujours dans le bon sens… »

Le pilote Ferrari ajoute : « Au début des années 2000, on pouvait voir un grand nombre de dépassements. Pourtant il n’y avait pas tous ces dispositifs en place comme aujourd’hui. Ils ont tenté de rendre la F1 plus attrayante… Mais le spectacle était meilleur avant. Je pense qu’il faut faire quelque chose pour que la F1 redevienne ce qu’elle est vraiment. Nous devons disposer de la monoplace la plus rapide au monde sur circuit, et je ne pense pas que ce soit l'avis des gens à l’heure actuelle ! »