Dans l'actualité récente

F1 : Red Bull s’oppose fermement au Halo !

Voir le site Automoto

Red Bull teste le Halo à Silverstone
Par Lucas VINOIS|Ecrit pour TF1|2016-07-12T14:26:05.485Z, mis à jour 2016-07-12T15:27:38.722Z

Red Bull a fait savoir qu’elle était contre l’introduction du Halo en 2017. La FIA pourrait se voir dans l’obligation de forcer la décision, et ainsi obliger les écuries à s’équiper sur la base des questions de sécurité.

L’écurie autrichienne a testé ce matin – avec Pierre Gasly au volant de la RB 12 - le système de protection du cockpit développé par Ferrari, à savoir le Halo. Le moins que l’on puisse dire, c’est que Christian Horner n’est pas pressé d’introduire cet élément.

Le Halo a trop de limites

« Je ne suis pas un grand fan du Halo » a déclaré le directeur de Red Bull depuis 2006, avant d’ajouter « je pense que c'est une solution inélégante au problème que nous essayons de résoudre. Je préférerais qu'on prenne plus de temps pour faire le travail proprement plutôt que se lancer dans une solution qui pourrait avoir d'autres conséquences. Je n'aime pas vraiment le Halo et toutes ses limites. Je ne voterai pas pour lui ».


Avec cette déclaration, Sébastian Vettel n’est plus le seul pilote à penser que le Halo n’est pas prêt à être incorporé dans une monoplace de Formule 1.

Début 2016, Red Bull avait proposé sa version de protection du cockpit – l’aeroscreen. Mais cette alternative avait été refusée par la FIA pour ne pas avoir répondu à tous les critères lors des crash tests.

Halo : 2017, 2018 ou pas du tout ?

Avec ces deux - au moins - voies dissidentes, il n’est pas certain de voir apparaître le Halo en Formule 1 dès la saison prochaine. En effet, pour cela, il faudrait un vote unanime des écuries lors de la prochaine réunion, qui se tiendra fin juillet (29 au 31) peu avant le Grand Prix d’Allemagne. 

En effet, à entendre les déclarations de Red Bull ou encore de Vettel, l’unanimité semble impossible à atteindre. Le Halo pourrait attendre 2018, année au cours de laquelle seul un vote à la majorité suffirait pour introduire cet élément de protection du cockpit.