F1 : Red Bull se rapproche de son moteur

Voir le site Automoto

GP Canada 2014 - Sebastian Vettel - Red Bull
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2014-09-07T08:00:00.000Z, mis à jour 2014-09-07T08:00:00.000Z

Le rapprochement entre Red Bull et Renault F1 Team se confirme de jour en jour. Le but ? Renforcer les liens afin de donner naissance à un moteur sans problème apparent.

Le week-end à Monza a une nouvelle fois prouvé ô combien le problème des Red Bull de Daniel Ricciardo et Sebastian Vettel n'était pas aérodynamique. Sur un circuit de moteur, les carences de la monoplace se situent bel et bien au niveau du bloc V6 fourni par Renault. Pour les saisons à venir, il n'est pas question de revivre ça pour l'écurie quadruple championne du Monde.

Suivre le modèle McLaren-Honda
Honda fera son grand retour en tant que motoriste F1 et le constructeur japonais a choisi McLaren avec un partenariat exclusif. Le but ? Développer le châssis et le moteur en étroite collaboration. Comme c'est déjà le cas pour Mercedes et Ferrari, sachant que la première domine les débats et que la deuxième, en revanche, souffre. Pour Red Bull, retrouver les sommets, et pas seulement gagner des courses en profitant de conditions favorables, passera par un modèle mieux intégré. Et, visiblement, le son de cloche est similaire chez Renault F1.

L'équipe d'usine s'appelle Red Bull
"Renault a essayé, ces dernières années, de traiter ses quatre clients de manière égale. Du point de vue de Caterham, où j'ai travaillé il y a un an, c'était super. Mais pour Red Bull, c'est contre-productif." révèle Cyril Abiteboul, qui supervise le rapprochement entre les deux entités, dans les colonnes de Auto Motor un Sport. Il continue, "Red Bull est un constructeur de châssis et c'est ce sur quoi ils veulent se concentrer. Le développement d'un moteur est bien trop complexe pour être établi rapidement. Mais, il est vrai qu'il y aura une plus grande intégration entre Red Bull et Renault." De fait, l'équipe d'usine s'appelle Red Bull, désormais.

Quid des autres écuries ?
Maintenant, il reste à avoir si cette éventuelle distribution des rôles, qui reste encore à déterminer, profitera aux trois autres teams équipés Renault (Lotus, Toro Rosso et Caterham). Dans tous les cas, Renault et Red Bull ont envie d'avancer ensemble pour corriger les défauts de jeunesse du V6 Turbo. Aux dernières rumeurs, l'écurie travaillerait par exemple sur la partie électronique.