F1 : Renault veut arrêter de fournir des moteurs dès 2016

Voir le site Automoto

error
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2015-09-17T14:27:25.056Z, mis à jour 2015-09-17T16:41:52.662Z

Carlos Ghosn, le PDG de l'alliance Renault-Nissan, a déclaré lors du Salon de Francfort 2015 que Renault allait arrêter de n'être que simple motoriste en Formule 1, et ce dès l'année 2016.

Alors que Renault brille de mille feux lors du Salon de Francfort 2015, qui a démarré ce mardi 15 septembre, avec ses nouvelles Mégane et Talisman, la marque au losange continue d'alimenter les gazettes spécialisées dans la Formule 1 avec un possible retour dès l'année prochaine en tant que constructeur. Si la réponse se fait toujours attendre, il est d'ores et déjà acquis que le constructeur français ne continuera pas son rôle de motoriste auprès de Red Bull et Toro Rosso. Et ce dès l'année prochaine. 


Ghosn : « Le nom de Renault jamais mentionné » dans les victoires

« Nous avons déjà alerté les autorités de la F1 et nous leur avons dit: "Ne comptez pas sur nous comme fournisseurs de moteurs, c'est terminé" », a expliqué Carlos Ghosn, le PDG de Renault, dans des propos relayées par la BBC lors du Salon de Francfort. Avant de poursuivre : « Lorsqu'on travaille avec des gens, on gagne ensemble et on perd ensemble. Malheureusement, quand on gagnait le championnat du monde, le nom de Renault n'était jamais mentionné ». Cette pique – légitime – du grand patron du Losange fait référence aux nombreuses critiques émises par Red Bull à l'égard du moteur Renault ces derniers mois. 


Mateschitz : « Renault a détruit notre joie d'être en F1 »

Depuis 2014, l'écurie autrichienne, quadruple championne du monde de Formule 1 de 2010 à 2013, vit des courses difficiles et la tension n'a fait que monter avec la firme française, comme en témoigne cette sortie de Dietrich Mateschitz, le grand patron de Red Bull, en marge du dernier Grand Prix d'Autriche. « Mis à part le fait de nous faire perdre notre temps et notre argent, Renault a détruit notre joie d'être en Formule 1 et notre motivation. Aucun pilote et aucun châssis ne peut compenser le déficit de puissance auquel nous faisons face pour le moment. (…) Que doit-il encore se passer pour que nous perdions toute notre joie d'être en F1 ? »

F1 - Red Bull RB11 : présentation de l'équipe 2015


Le rachat de Lotus : une fausse bonne idée ?

Avec ces déclarations, l'avenir de Renault au sein de la catégorie reine reste toujours aussi flou. Depuis plusieurs mois, l'éventualité d'un rachat de l'écurie Lotus, qui est fourni par Mercedes en termes de moteurs, ne fait que se renforcer. Problème : le team d'Enstone croule sous les dettes, avec comme dernier événement en date la visite d'huissiers de justice dans son garage à Spa-Francorchamps. La raison ? Une attaque du pilote français Charles Pic, qui s'est plaint de ne pas avoir eu droit à des essais en 2014 alors qu'ils étaient inclus dans son contrat. 

Renault a tout à gagner en revenant en F1

Si racheter Lotus n'est pas sans inconvénients pour Renault, il ne faut pas pour autant oublier qu'un retour du constructeur tricolore se ferait par la grande porte puisque ce dernier réintégrerait le cercle fermé des écuries historiques avec Mercedes, Ferrari, McLaren, Williams et Red Bull, ce qui donne un joli bonus – négocie avec l’inénarrable Berne Ecclestone – allant de 10 à 97 millions (pour Ferrari). Par ailleurs, la marque au losange disposerait d'un soutien de poids apporté par Total et Infiniti et aurait déjà un pilote d'expérience à bord qui n'est autre que le Franco-Suisse Romain Grosjean. 

Formule 1 : Romain Grosjean à coeur ouvert (11/03/2012)


Mais comme l'a rappelé Carlos Ghosn lors du Salon de Francfort 2015, « j'annoncerai moi-même la décision ». Rendez-vous au prochain épisode... avec peut-être une future écurie Renaut-Mercedes !