F1 - Rosberg/Hamilton : "aucun autre incident ne sera toléré" chez Mercedes

Voir le site Automoto

Lewis Hamilton et Nico Rosberg (Mercedes) au premier tour du GP F1 de Belgique le 24 août 2014
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2014-08-29T13:21:00.000Z, mis à jour 2014-08-29T17:52:39.000Z

Cinq jours après l‘incident entre les deux monoplaces de tête du GP de Belgique, Mercedes a confirmé que Nico Rosberg était coupable de l'accrochage sur Lewis Hamilton et qu'aucune autre faute ne sera tolérée.

Alors que les rumeurs fusent sur le marché des transferts pour la saison 2015, dont une possible place de Lewis Hamilton encore fragile, Mercedes a statué officiellement sur les évènements du Grand Prix de Belgique ayant eu lieu dimanche 24 août dernier, en émettant un avertissement pour Nico Rosberg.

>> Voir les photos de Nico Rosberg au Grand Prix de Belgique de F1 2014


Rosberg se déclare coupable
Après une rencontre organisé ce vendredi 29 août avec les deux pilotes, ainsi que les dirigeants de l'écurie Toto Wolff et Paddy Lowe, le constructeur à l'Etoile a déclaré que "Nico a pris la responsabilité de la touchette ayant eu lieu au 2è tour du GP de Belgique et s'est excusé pour son erreur de jugement."

Nico Rosberg a été plus complet dans ses déclarations conjointes : "J'ai déjà exprimé mes regrets vis-à-vis de l'incident mais après la réunion avec Toto, Paddy et Lewis, j'ai voulu aller plus loin en considérant que cela était une erreur de jugement de ma part. La règle numéro un pour nous en tant que coéquipier est que nous ne devons pas nous percuter mais c'est exactement ce qui est arrivé. Pour cette erreur de jugement, je m'excuse auprès de Lewis et de l'équipe, et je veux aussi demander pardon aux fans qui ont été privé d'une bataille pour la tête en Belgique."

Etrangement, en réponse à cette déclaration, Lewis Hamilton a voulu ajouter : "Nico et moi acceptons avoir commis tous les deux des erreurs et je pense qu'il est mauvais de pointer du doigt et de dire lequel est pire que de l'autre" .

Plus de tolérance chez Mercedes
L'équipe allemande a ainsi pris "des mesures disciplinaires appropriées" en réponse à l'incident de Spa et a précisé "qu'aucun autre incident de ce genre ne serait toléré", la règle étant claire : "il ne doit y avoir aucun contact entre les deux monoplaces sur la piste". Un véritable carton jaune donné à Nico Rosberg, malgré sa position de leader du classement.

Néanmoins, l'écurie Mercedes pondère ses propos en assurant qu'elle reste "engagé à la course pure et loyale, car c'est la véritable manière de gagner des titres mondiaux" et qu'elle "croit en" ses pilotes, qui iront batailler "librement" pour le championnat du monde de Formule 1.


Rappels des faits
Au deuxième tour de la course à Spa-Francorchamps, Nico Rosberg tentait une manœuvre de dépassement périlleuse, forçant le passage pour prendre la tête à Lewis Hamilton. Ne lâchant rien, l'Allemand cassait son aileron avant sur la roue arrière gauche de l'autre Mercedes, qui creva instantanément et ruinait la course du Britannique, ce dernier abandonnant finalement à 6 tours de l'arrivée suite aux dommages causés.

Rosberg, avec son aileron endommagé et remplacé au premier arrêt aux stands, a lutté pour revenir sur le podium et terminait deuxième du Grand Prix derrière l'Australien Daniel Ricciardo, augmentant au passage son avance en tête championnat à 29 points.

Pendant ce temps, Hamilton se livrait aux journalistes, déclarant ouvertement que son coéquipier était totalement fautif, voire qu'il l'avait fait intentionnellement.

L'Allemand n'a pas voulu enchérir, précisant dans une vidéo-blog qu'il avait "une vision différentes des faits" de l'Anglais, et voulant aller de l'avant en remettant en question l'absence de consigne d'équipe.