F1 : la rumeur Webber chez Ferrari en 2013 ?

Voir le site Automoto

Webber Alonso F1 Abu Dhabi 2010
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2012-05-01T08:00:00.000Z, mis à jour 2012-05-01T08:00:00.000Z

Selon les espagnols d'El Mundo Deportivo, le pilote australien Mark Webber aurait déjà signé un pré-accord avec l'écurie italienne Ferrari, pour un volant lors de la saison 2013.

Une rumeur vient de naître pour 2013 alors que la saison est à peine lancée : Webber chez Ferrari. Crédible ?




C'est le journaliste espagnol Raymond Blancafort, du journal El Mundo Deportivo, qui a lancé cette rumeur ce lundi. Selon des sources, "existerait un pré-contrat, entre Ferrari et Webber", pour un éventuel transfert qui interviendrait pour la saison 2013 de Formule 1, l'australien laissant une place vacante chez Red Bull.


Du côté de Ferrari, Felipe Massa est de moins en moins en position de force, au vue de ses récents résultats. Avec seulement 2 points au classement en 4 Grand Prix, et des tours à une seconde en moyenne de Fernando Alonso, le brésilien voit son contrat échouer en fin d'année. Jusqu'ici, l'étoile montant Sergio Pérez pouvait briguer sa place selon les rumeurs, mais jamais la thèse Webber n'a été évoquée depuis la fin de l'an dernier. Cependant, l'expérience, les résultats réguliers et le calme de ce dernier intéresseraient la Scuderia, en mal de performances.


Oui et non, l'hypothèse avait été émise l'an dernier en fin de saison, mais Ferrari avait apparemment coupé les négociations, le contrat avec Massa n'étant pas modifiable. Et la cas Webber naissant de nouveau, on peut se méfier, car Hamilton a aussi été présenti en tant que nouveau coéquipier de Fernando Alonso il y a peu. Mais surtout chez Red Bull, le baquet libre laisserait donc entrer un pilote Toro Rosso, soit Ricciardo, soit notre français Vergne ! Mais après seulement un an en F1, l'ouverture de Redu Bull vers un rookie est peu plausible.

Une info donc à prendre avec des pincettes, l'espagnol utilisant beaucoup trop du conditionnel, et ce de façon trop anticipée, les transferts s'organisant en deuxième partie d'année.