F1 : Le titre de Rosberg, un sacre pas comme les autres

Voir le site Automoto

Nico Rosberg (Mercedes)
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2016-11-28T15:49:16.528Z, mis à jour 2016-11-28T15:49:30.009Z

Nico Rosberg (Mercedes) a conquis au Grand Prix d’Abu Dhabi 2016 son tout premier titre de champion du monde. Son sacre a de quoi marquer les esprits. La preuve en statistiques.

La saison 2016 de Nico Rosberg (Mercedes), a été ponctuée par un premier titre de champion du monde. Et elle regorge de chiffres et anecdotes étonnants


34 ans après son père, comme la famille Hill

C’est probablement l’une des coïncidences les plus marquantes de l’histoire du Mondial. En 1982, Keke Rosberg avait décroché son seul et unique titre en F1. 34 plus tard, son fils l’a imité. Les deux hommes ont donc réussi la même prouesse que Graham Hill (1958) et Damon Hill (1992), sacrés à… 34 ans d’intervalle.  

Progression constante

Pour enfin obtenir ce qu’il cherche depuis des années, Nico Rosberg a réalisé sa saison la plus aboutie. D’ailleurs, depuis cinq saisons, il n’a cessé de progresser. En 2011, il n’avait pas décroché le moindre podium. L’année suivante, il a cumulé deux podiums dont une victoire, en Chine. En 2013, il est monté 4 fois sur la boite et emporté 2 succès. En 2014, Il a franchi la ligne en vainqueur à 5 reprises, et empilé 15 podiums. Il en a eu autant l’année dernière, mais est monté sur la plus haute marche à six reprises. Il a fini par décrocher la couronne avec 9 succès et 16 podiums.


Le troisième de l’Histoire

A la marina de Yas, le résident monégasque est devenu le troisième allemand à monter sur le trône, après Michael Schumacher et Sebastian Vettel. Derrière la Grande-Bretagne et la France, l’Allemagne est pourtant la nation qui a fourni le plus de pilotes, 62 au total. Rosberg est aussi le troisième à être sacré avec Mercedes, après Juan Manuel Fangio et Lewis Hamilton, et le troisième à décrocher la timbale à Abu Dhabi, après Sebastian Vettel et le Britannique.

(Presque) toujours aux avant-postes

Rosberg a bel et bien mérité son titre. Sur les 1268 tours de course effectués cette saison, il en a bouclé 957 dans le Top 3. Soit 75% d’entre eux. Et 489 en tête ! Il n’a pas passé énormément de temps dans le peloton, puisqu’il n’en a passé que 13 en dehors du Top 10.


Fin de mauvaises séries 

L’Allemand a rompu la malédiction ! Le titulaire de la Mercedes n°6 a mis fin à une série de 206 grands prix et 23 victoires sans s’adjuger la couronne. Deux records qui ont pris fin à Abu Dhabi dont il se serait bien passé !