F1 : un retour du Grand Prix du Mexique ?

Voir le site Automoto

Mansell GP Mexique F1 1992
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2011-08-09T15:02:00.000Z, mis à jour 2011-08-09T15:18:59.000Z

La dernière édition date de 1992. 19 ans après, le GP du Mexique de Formule 1 refait parler de lui, le président de la FIA indiquant que le retour de l'épreuve était “possible” pour les futurs calendriers.

Absent depuis deux décennies de la F1, le Grand Prix du Mexique pourrait revenir dans quelques années.



Tout d'abord, c'est Jean Todt, président de la Fédération Internationale de l'Automobile, qui a énoncé que le retour du Grand Prix du Mexique était "possible". Autre fait, c'est via l'agence Europa Press que s'est exprimé Carlos Slim Domit, homme d'affaires mexicain et siégeant au Sénat de la FIA. Selon lui, le retour du Grand Prix du Mexique est "à l'étude", et pourrait se concrétiser avec l'aide de CIE, entreprise du pays spécialisée dans les divertissements.


Le plus sérieux tracé serait l'historique circuit de Mexico. Le président de la FIA aurait même une visite programmée sur son agenda. "Parmi les réunions que j'ai ici, j'ai l'intention d'aller voir le circuit Hermanos Rodriguez," a déclaré Jean Todt. Deuxième hypothèse, un circuit dans la ville de Guadalajara.


Le Grand Prix du Mexique a son histoire en Formule 1, car s'étant inscrit par 16 fois dans le passé au calendrier, de 1962 à 1970, et de 1986 à 1992. La dernière course s'est déroulée le 22 mars 1992, et a vu s'imposer Nigel Mansell, devant Riccardo Patrese et...Michael Schumacher.


Effectivement, il faut se rappeler de la fin 2004, où était sérieusement évoqué un retour de ce Grand Prix du Mexique. Les organisateurs officiels de l'évènement avaient clairement annoncé un contrat avec la FIA et Bernie Ecclestone pour 2006, d'une durée de 5 ans. Sauf que pour des raisons économique, et surtout politique, cela a échoué. Pour l'avenir, Todt estime que "le Mexique est un pays à l'économie forte et je suis certain que la F1 pourrait y effectuer un retour".

Et cela pourrait contenter le seul pilote national en F1, Sergio Perez, de l'écurie Sauber-Ferrari.