Dans l'actualité récente

F1 : Vettel, l'exploit à l'arrachée

Voir le site Automoto

F1 GP Brésil 2012 : Vettel au-dessus du lot, pointe le doigt de sa victoire au classement général
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2012-11-26T13:13:00.000Z, mis à jour 2012-11-26T13:37:02.000Z

Au terme de malchance, combativité et rebondissement, Sebastian Vettel (Red Bull) a su imposer sa domination en remportant le titre sur le fil devant un Alonso qui ne démérite pas.

Touché dès les premiers mètres du Grand Prix du Brésil, Vettel a récolté son 3ème titre mondial d'une main de fer.

A l'arrachée
Mal placés, Fernando Alonso et Sebastian Vettel partaient respectivement 7è et 4è. Dès les premiers mètres, tout a changé, car le pilote Ferrari s'est offert un beau départ, et l'Allemand était victime d'un accrochage, la Williams de Senna lui passant sur la roue arrière droite. Tout le monde crût à l'abandon, sauf lui. Reparti sans dommages à part une grosse éraflure au niveau de l'échappement, Vettel a repris ses concurrents un à un, pour revenir dans les points. Malgré la perçée de l'Espagnol à la seconde place - merci aux abandons de Hamilton, pénalité de Hulkenberg et Massa l'ayant laissé passer - le pilote Red Bull était trop fort, trop combatif et trop déterminer à remporter ce troisième titre pour être battu.


Un battant né
Plus que sur cette course, c'est au long de la saison que Vettel a refait son retard. Car le début de l'année fut des plus instables jamais vus en Formule 1, avec 7 vainqueurs différents en 7 courses ! Puis une domination Alonso se fit sentir, pas seulement sur sa capacité à gagner, mais à être constant. Sauf que le guerrier Sebastian Vettel s'est repris après un nouveau soucis d'alternateur au GP d'Italie et encore 39 points de retard, en remportant les 4 manches suivantes. Au coude-à-coude avec Fernando, mais toujours en avance, Vettel a su préserver les attaques, finir sur le podium à Abu Dhabi malgré être parti dernier, et effectuer un retour incroyable ce dimanche à Sao Paulo après un quasi-abandon.


Une pluie de précocités
Avec cette nouvelle couronne obtenue dimanche, Vettel signe une autre avancée dans son "mur de précocités". Plus jeune pilote à marquer des points en F1 tout juste avant ses 20 ans (2007), plus jeune poleman à un peu plus de 21 ans, et le lendemain plus jeune vainqueur de Grand Prix à Monza sur la modeste Toro Rosso en 2008. Puis c'est la collecte des plus jeune champion du monde (2010), double champion (2011) puis dimanche en étant le plus jeune triple champion, de plus consécutif.

Seuls Juan-Manuel Fangio (1954-1957) et Michael Schumacher (2000-2004) en avaient fait de même... Mais avec 4 et 5 titres consécutifs, ces derniers montrent que Vettel a encore à faire pour marquer davantage la légende Formule 1.