La F1 veut des moteurs V6 de 1 000 chevaux en 2017

Voir le site Automoto

F1 Moteur Mercedes-Benz V6
Par Guillaume HENAULT-MOREL|Ecrit pour TF1|2015-05-14T09:39:00.000Z, mis à jour 2015-05-14T10:20:13.000Z

Les promoteurs des Grands Prix de F1 ont demandé à la FIA un changement de règlement autour des moteurs des monoplaces. Regrettant le manque de spectacle, les responsables des courses souhaitent un retour à des moteurs plus puissants et le passage à des V6 de 1000 chevaux à horizon 2017. Une proposition qui fait débat dans les paddocks.

« Je n'ai pas de problème avec les moteurs V6. Il faut juste que les F1 soient plus difficiles à pilotes ». Cette déclaration est l'œuvre de Bernie Ecclestone le grand argentier de la formule 1 lors du dernier Grand Prix de Bahrein. Derrière ce souhait se cache la volonté de courses plus spectaculaires alors que le suspense manque désormais sur les circuits selon le Britannique. Comment y remédier ? En augmentant la puissance des moteurs.

Une urgence pour les promoteurs
Alors que le groupe stratégique de la Formule 1 discute depuis plusieurs mois sur la question des moteurs des monoplaces, les promoteurs des Grands Prix ont écrit cette semaine à la FIA pour faire part également de leur souhait d'un changement rapide sur la question. Selon l'Australien Ron Walker, président de la FOPA (Formula One Promoters' Association), ce sujet doit être traité en « urgence ». « Nos fans veulent voir des courses de gladiateurs entre les pilotes des voitures les plus rapides frôlant les limites. Les spectateurs peuvent apprécier le chef d'œuvre de ces nouveaux V6 turbo mais pour la majorité, c'est trop compliqué. »

Les écuries se préparent
Du côté des responsables d'écuries, on estime qu'une modification technique est envisageable. « Il y a plusieurs groupes qui sont en train de se mettre d'accord sur le règlement 2017, au niveau des moteurs et des châssis, déclarait il y a un mois Toto Wolff, la directeur de Mercedes. Des concepts sont en train d'être mis en place pour que la F1 soit plus spectaculaire en 2017. » Pour atteindre les 1000 chevaux sans changer le V6, une des solutions pourraient venir d'une augmentation du débit d'essence mais les coûts pourraient être importants.

Quid de la FIA ?
C'est justement pour réduire ces coûts et assurer une plus grande fiabilité que la FIA avait imposé l'actuel moteur V6 1,6 litre turbo hybride. Face à la gronde de l'organisateur, des promoteurs et l'esprit d'ouverture des patrons d'écurie, la fédération internationale pourra-t-elle se montrer inflexible ? Ancien patron de la Scuderia Ferrari, Jean Todt, aujourd'hui président de la FIA va devoir faire un choix.

Si l'objectif de 2017 reste maintenu chez les promoteurs, cette décision devra être prise rapidement pour initier les changements.