Dans l'actualité récente

F1 : Voici le moteur V6 Renault pour 2014 !

Voir le site Automoto

F1 Moteur Renault V6 2012
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2012-10-23T09:27:00.000Z, mis à jour 2012-10-23T09:49:11.000Z

Dans un peu plus d'un an, la Formule 1 va passer des moteurs actuels V8 à des blocs 6 cylindres en V. Renault, l'un des trois motoristes en 2014, présente déjà sa pièce maîtresse.

Révélé dans la revue Racecar Engineering, le moteur V6 Renault pour la saison 2014 de F1 s'expose pour le première fois.

Contexte
Dans une saison, la Formule 1 va basculer de nouveau. Un nouveau "downsizing", comprenez là une réduction de cylindrée, sera appliqué. Si 2001 a sonné l'obligation des V10, et 2006 celle des V8, l'année 2014 sera celle des V6, après avoir échappé de peu à un 4 cylindres. Le 6 cylindres en V sera obligatoire sur toutes les monoplaces, d'une cylindrée maximale de 1.600 cm3, avec un régime maximal de 15.000 tours/minute. Avec un retrait de Cosworth, et le projet mort-né de EVER, seuls Renault, Ferrari et Mercedes fourniront les monoplaces.


Renault en avance ?
Nous ignorons actuellement la situation chez les motoristes, mais Renaultsport F1 est le tout premier à présenter son bloc V6 pour 2014, dans le magazine Racecar Engineering. Les ingénieurs de Viry-Châtillon n'ont évidemment pas tout montré, les rendus étant "provisoires" selon Rob White, directeur adjoint, mais exprime "une certaine frustation" vis-à-vis des restrictions du règlement, notamment l'alésage et la course, mais se réjouissent d'avoir encore "une dizaine de milliers d'autres libertés".


Les enjeux et nouveautés
Par exemple, si l'aluminium sera majoritaire dans le bloc, le magnésium pourra être de nouveau utilisé pour certaines pièces, afin d'atteindre le poids voulu. Concernant le régime autorisé d 15.000trs/min, il ne sera pas atteint en raison d'une puissance disponible à des régimes plus bas, afin de réduire les frictions. White parle pour le moment de "12.000 trs/min environ" pour la zone rouge. La consommation devra être limitée à 100kg/h, et l'injection directe sera une nouveauté pour le moteur, la F1 s'inspirant ici des voitures de route. Le turbo (un seul permis), autre nouveauté, sera logé logiquement à l'arrière du moteur, là où est obligatoirement situé l'échappement. Autre enjeu, celui du refroidissement, beaucoup plus crucial que sur les V8, avec l'ajout d'un intercooler (échangeur air/air), impactant sur le design des monoplaces. Enfin, restera à trouver le compromis dans l'utilisation des petits moteurs électriques (KERS amélioré), soit pour augmenter le couple à bas régime, soit pour alimenter le turbo.


Chronologie des moteurs en Formule 1

1950 : turbo 1.500 cm3 ou atmosphérique 4.500 cm3
1952 : turbo 750 cm3 ou atmo 2.000 cm3
1954 : turbo 750 cm3 ou atmo 2.500 cm3, environ 250 ch
1963 : atmo 1.300 à 1.500 cm3, environ 300 ch
1966 : turbo 1.500 cm3 ou atmo 3.000 cm3, environ 300 ch
1970 : turbo 500 cm3 ou atmo 3.000 cm3
1972 : turbo 1.500 cm3, environ 400 ch
1989 : V10 turbo 3.500 cm3, environ 800 ch (course)
1989 : fin du turbo, atmo 3.500 cm3, environ 700 ch
1995 : V12 3.000 cm3, maximum 15.000 trs/min, environ 750 ch
2001 : V10 3.000 cm3, maximum 15.000 trs/min, environ 850 ch
2006 : V8 2.400 cm3, maximum 20.000 trs/min, environ 750 ch
2009 : V8 2.400 cm3, maximum 18.000 trs/min, environ 750 ch
2014 : V6 turbo 1.600 cm3, maximum 15.000 trs/min, puissance inconnue