Dans l'actualité récente

F1 : Il y a 20 ans, Roland Ratzenberger se tuait en piste

Voir le site Automoto

Roland Ratzenberger F1 1994 Simtek Ford
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2014-04-30T10:09:00.000Z, mis à jour 2014-04-30T10:28:30.000Z

La veille du décès tragique d'Ayrton Senna, un autre pilote moins connu, l'Autrichien Roland Ratzenberger, se tuait également sur le tracé d'imola, c'était le 30 avril 1994, au volant de la F1 de l'écurie Simtek.

Cela faisait 8 ans qu'un pilote n'avait pas trouvé la mort sur un circuit en Formule 1, depuis l'Italien Elio de Angelis en juillet 1986 en essais privés au Castellet, et 12 ans qu'un coureur n'avait perdu la vie lors d'un week-end de Grand Prix et le décès d'un autre transalpin, Riccardo Paletti au GP du Canada le 13 juin 1982. Roland Ratzenberger, pilote autrichien, se tuait sur le Simtek-Ford le 29 avril 1994, c'était il y a 20 ans tout juste.


Début d'un week-end tragique
Né le 4 juillet 1960, l'Autrichien avait débuté en Formule Ford à partir de 1983, puis accéda en Formule 3, en Tourisme en 1987 avec Schnitzer sur BMW M3 (3 podiums), Formule 3000 au Royaume-Uni en 1989 (1 victoire, 3è championnat) et au Japon en 1990, 1992-1993 (2 victoires). Il fut ensuite repéré en endurance aux 24 heures du Mans avec 5 participations à partir de 1989, terminant même 5è au général en 1993 sur la Toyota 93C-V et 1er de la catégorie C2.

En 1994, Roland Ratzenberger arrive en Formule 1 en tant que pilote payant dans la petite écurie britannique MTV Simtek, à moteur V8 Ford. Après avoir raté sa qualification au premier Grand Prix au Brésil, il termine 11è au GP du Pacifique (Japon), son seul disputé. Le vendredi 29 avril, pour le GP de Saint-Marin, Rubens Barrichello est victime d'un spectaculaire accident sur la Jordan, mais revient le samedi pour les qualifications.

Ce 30 avril 1994, Ratzenberger se lance pour son tour chronométré sur la piste d'Imola, mais en raison d'un aileron avant abîmé le tour précédent dont il minimise les fissures, le pilote autrichien perd le contrôle dans le virage Villeneuve après que l'aileron cède et percute le mur à près de 300 km/h. Avec une grave fracture du crâne, il est tué sur le coup.

Endeuillé, le paddock annule le reste des qualifications mais le Grand Prix a bien lieu le lendemain dimanche 1er mai 1994, date d'un autre évènement tristement célèbre, celle de la mort d'Ayrton Senna en pleine course.