Ferrari attaque la FIA

Voir le site Automoto

Formule 1
Par Bertrand QUERNE|Ecrit pour TF1|2009-05-18T10:00:00.000Z, mis à jour 2009-05-18T10:00:00.000Z

Rien ne va plus entre le pouvoir sportif la FIA (Fédération Internationale de l'Automobile) et les équipes de Formule 1, regroupés solidement au sein de la FOTA. A quelques jours de l'échéance fixée par la FIA, pour les inscriptions au Championnat du Monde de F1 2010, la réunion programmée ce vendredi dans les environs de Londres n'a rien donnée

A la sortie de la réunion de Londres, le Président de la FIA, Max Mosley a confirmé avoir refusé tout compromis "Cela a été une réunion amicale, mais les écuries y ont mis fin pour voir si elles pouvaient proposer une meilleure solution que la limitation du budget à 45 millions d'euros annuels". C'est le montant maximum que la FIA veut imposer dés la saison 2010.

De son côté le "grand argentier" Bernie Ecclestone s'est montré beaucoup plus optimiste sur une éventuelle fin du conflit qui oppose la fédération et les constructeurs : "Je pense que tout le monde accepte plus ou moins une limitation du budget. Il s'agit juste de déterminer à combien. Je ne sais pas si cela signifie que ce soit au-dessus ou en dessous des 45 millions d'€ actuellement proposés".

Pour sa part, Flavio Briatore l'homme fort du Team Renault est curieusement resté bien discret. Se contentant de déclarer "qu'il ne sait pas ce que cela va donner".

Ferrari saisit la justice française

Les écuries espéraient faire revenir Max Mosley sur sa décision et faire plier la FIA, en ce qui concerne le plafonnement des budgets et ce après avoir menacé de quitter le Championnat du Monde la saison prochaine si elles n'obtenaient pas gain de cause. Elles n'y sont pas parvenues et le bras de fer a commencé. Au moment ou se terminait cette réunion de conciliation, on apprenait que l'équipe Ferrari venait d'assigner la FIA en référé au Tribunal de Grande Instance de Paris.

Pourquoi Paris ? Tout simplement parce que s'y trouve le siège de la FIA. Et ce dans le but que la justice française interdise toutes les modifications du règlement prévues à compter de la saison prochaine. Ferrari demande en outre que le juge parisien ordonne à la FIA de retirer de son site internet les modifications projetées, publiées récemment, tant sur le plan technique que sportif. L'audience a d'ores et déjà été fixée au mardi 19 mai à 16 heures.

La hache de guerre est vraiment véritablement déterrée

Si d'aventure Ferrari, Renault, Toyota et Red Bull, les premiers à avoir publiquement pris position et envisagé de se retirer de la compétition, mettaient cette grave menace à exécution, le championnat pourrait être totalement remis en question.

avec Gilles Gaignault

AutoNewsInfo