Ferrari California : vous en aviez rêvée

Voir le site Automoto

Ferrari California : rêve américain
Par etf1|Ecrit pour TF1|2008-08-13T16:32:00.000Z, mis à jour 2008-08-13T16:32:00.000Z

Les spécialistes et passionnés de Ferrari n'attendait pas cela : un GT coupé cabriolet. C'est le vrai premier coupé cabriolet de la marque italienne, Superamerica en 2005 avait été limitée à 559 exemplaires

Quelques clins d’œil au passé…

Grâce au web et aux savantes pirouettes marketing de la firme de Maranello, une nouvelle Ferrari agite aujourd’hui les ferveurs longtemps avant son arrivée. Mais depuis quelques jours, les accros de la marque retenaient leur souffle devant le compte à rebours officiel de la présentation de la petite dernière, mis tout récemment en ligne. Surprise ! Ferrari nous prive finalement de l’exquise attente suscitée par ce "calendrier de l’Avent" visité par 60 000 internautes en un week-end, en nous livrant photos et informations 7 jours avant l’heure.

Voici donc la nouvelle California. Surnommée "Dino" jusqu’ici, elle hérite finalement du nom emprunté par une lignée de roadsters dans les années soixante, en clin d’œil à son marché de prédilection : les Etats-Unis.

…mais un style coup de poing avant tout !

Devant son regard tiré vers le haut, l’entrée d’air centrale de son capot et ses ailes arrière au galbe très prononcé, on pense à la 250 GT California Spider. Mais loin de se satisfaire de ces échos au passé, les stylistes se sont semble-t-il "déchainés" sur ce modèle, multipliant les détails surfaits jusqu’à flirter avec les codes du tuning. Ainsi, son regard surprend, au même titre que le galbe cartoonesque de la carrosserie à partir des poignées de portières. Et que dire des doubles sorties d’échappement calquées sur celles de la Lexus IS-F ? Son postérieur proéminent, lui, peut s’expliquer : il permettra de loger le toit rigide escamotable de la California, première Ferrari à adopter cette solution. Autre première, son V8 4.3 de 460 ch à 7 500 tr/min est implanté en position centrale avant, une architecture reservée jusqu'ici aux V12. Ferrari n’en dit pas plus sur cette mécanique dérivée du 8 cylindres de la F430, si ce n’est qu’elle adopte une injection électronique, et permet à ce roadster d’atteindre les 100 km/h en moins de 4 s. On sait aussi que ce bloc pourra s’accoupler à une inédite boîte séquentielle à double embrayage comptant 7 rapports.

Côté châssis, un train arrière multibras entièrement nouveau fait son apparition sur cette Ferrari, qui pourra également compter sur un freinage carbone-céramique de série et sur son système F1-Trac emprunté à la F599 GTB pour gérer sa motricité.

L’habitacle s’annonce lui nettement plus classique, mais il nous réserve on le devine son lot de nouvelles technologies.

Il faudra encore patienter quelques jours pour découvrir la nouvelle California sous de nouveaux angles et connaître tous ses secrets. Elle nous donne rendez-vous en octobre pour le Mondial de Paris.