Dans l'actualité récente

F1 GP d’Autriche 2015 : Rosberg donne le ton lors des essais libres 1

Voir le site Automoto

error
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2015-06-19T10:07:56.597Z, mis à jour 2015-06-19T13:38:02.257Z

Nico Rosberg (Mercedes) a signé le meilleur temps des essais libres 1 du Grand Prix d'Autriche, huitième manche du championnat du monde 2015 de Formule 1, devant son coéquipier Lewis Hamilton.

Une habitude qui n’est pas prête de changer. Ce vendredi 19 juin, lors des premiers essais libres du Grand Prix d’Autriche, huitième manche de la saison 2015 de Formule 1, Nico Rosberg et Lewis Hamilton ont de nouveau fait parler la poudre en dominant la concurrence. L’Allemand a devancé son coéquipier et rival britannique au terme d’une séance marquée par plusieurs soucis techniques.

Hamilton agacé

Très à l’aise l’an passé sur le Red Bull Ring, Nico Rosberg a de nouveau confirmé ses bonnes dispositions sur la piste autrichienne au volant de sa Mercedes W06 Hybrid. Le pilote allemand a aligné un joli chrono de 1’10.401, même si c’est moins de deux secondes de plus que la pole position réalisée par Felipe Massa (Williams) l’an dernier. Mais ce ne sont que les essais libres 1 et l’allure va augmenter au fil du week-end.

Derrière, Lewis Hamilton a placé sa Flèche d’Argent n°44 à trois dixièmes de son coéquipier. Mais visiblement, le double champion du monde britannique était plus préoccupé par les boutons sur son volant que par le fait d’accomplir le meilleur temps de la séance. L’Anglais s’est d’ailleurs fendu d’un cinglant message à la radio qui démontre encore une fois la Formule 1 actuelle est une discipline d’ingénieurs et de nouvelles technologies où le pilote ne trouve malheureusement plus sa place.

Vettel reste à quai

Derrière, comme la tradition le veut depuis le début de la saison 2015, une Ferrari complète la troisième marche du podium. Mais cette fois-ci, ce n’est pas la monoplace rouge de Sebastian Vettel qui est à l’honneur, la faute à un problème technique sur l’unité de puissance, le privant ainsi de la première saison d’essais libres. Heureusement pour la Scuderia, Kimi Räikkönen n’a pas rencontré de soucis pour boucler à un solide tour en 1’11.028, à six dixièmes du temps de référence réalisé par Rosberg.

Plus loin, Toro Rosso a confirmé sa forme du moment avec le 8e temps de Max Verstappe, juste derrière les deux Red Bull. Preuve que le moteur ne fait pas tout… L’équipe autrichienne quant à elle réussi sa séance avec les 6e et 7e temps de Daniil Kvyat et Daniel Ricciardo. Une maigre consolation puisqu’elle sera pénalisée de dix places sur la grille pour l’emploi d’une cinquième unité de puissance de l’année, la limite réglementaire étant de quatre par saison. Par ailleurs, Dietrich Mateschitz, le patron de l’écurie, a une nouvelle fois allumé le constructeur au losange, rappelant au passage que son team pourrait quitter la F1 après 2016 si rien ne changeait.

McLaren-Honda s'enfonce...

Mais si Red Bull broie du noir, que dire de McLaren-Honda qui enchaine les déboires. Un nouveau nez raccourci, un fond plat revu et un nouveau kit aérodynamique ont pris place sur la mouture de Fernando Alonso, son partenaire Jenson Button gardant l’ancienne monoplace pour ce Grand Prix. Problème : le double champion du monde espagnol n’a pu parcourir que dix tours, la faute à son unité de puissance… qui avait été changée !

Le natif d’Oviedo continue donc de boire le calice jusqu’à la lie, lui qui sera pénalisé sur la grille de départ et qui espérait pourtant mettre un terme à une série de trois abandons consécutifs… Chose qui ne lui était jamais arrivé depuis ses débuts chez Minardi en 2001.

La prochaine séance d’essais libres se déroulera ce vendredi après-midi à partir de 14h00, heure française.

Le tweet qui nous a fait sourir