Focus Automoto : F4Z, la fusion réussie entre MV Agusta et Zagato

Voir le site Automoto

MV Agusta F4Z Zagato 2016
Par Bruno Cravo - Agence CReaFeed|Ecrit pour TF1|2017-01-14T09:00:11.218Z, mis à jour 2017-01-14T09:00:11.218Z

Spécialement créée pour un entrepreneur japonais, la MV Agusta F4Z redonne du prestige au « Made in Italy » sur le marché de la moto, avec une alliance improbable mais brillante entre le constructeur historique de motos et le carrossier milanais.

« Le génie solitaire a été remplacé par le travail en équipe ». La déclaration d’Enzo Ferrari, quelque temps avant sa mort, colle parfaitement à la moto MV Agusta F4Z, présentée en septembre 2016 au concours Chantilly Arts & Elegance. Ce bijou est une pièce unique, réalisée sur commande, impossible à chiffrer tant elle casse les codes. Elle a poussé MV Augusta et Zagato, deux marques prestigieuses mais occupant un créneau différent, à associer leurs compétences sur ce chantier hors normes.

Au départ, il y a une demande d’un Japonais quadragénaire « dont l’entreprise rassemble finance, médias et mode », lâche évasivement Matteo Maresi, directeur de la communication chez la marque de moto italienne MV Agusta. Cette demande est presque impossible à satisfaire. Le mystérieux quadra veut se procurer une MV Agusta F4.  Mais puisque c’est un passionné de voitures signées Zagato, il la désire avec le design du carrossier. Problème, les Milanais, plutôt habitués aux Aston Martin et autres Alfa Romeo, n’ont jamais travaillé pour des véhicules à deux roues...


L’invraisemblable partenariat

Prenant très au sérieux les besoins de son compatriote, Norihiko Harada, vice-président du design chez Zagato, contacte MV Agusta et ses 75 championnats du monde. Il a dans l’oeil son dernier modèle sportif d’excellence, la F4 1000, et leur propose d’en repenser le design. « Une moto, c’était nouveau pour eux et ils voulaient poursuivre un projet 100% italien et super premium, explique Matteo Maresi. Nous n’avons pas hésité une seconde ».

Pour Andrea Zagato, directeur général de la firme du même nom, le rapprochement était naturel. « Après tout, l’actuelle décennie 2010-2020 est pour Zagato la décennie ‘iconique’, celle des modèles emblématiques et la F4 est la plus emblématique des motos de MV. Nous sommes donc entrés en contact avec le fabricant de Varèse et avons commencé à travailler ensemble sur ce projet ». Pour les concepteurs des deux camps, le challenge est extraordinaire. MV Agusta doit transformer une moto sportive de série en objet de collection et Zagato s’attaque à un territoire totalement inconnu pour lui.

► Voir les photos de la MV Agusta F4Z


MV Agusta F4Z Zagato 2016

Cœur de sportive dans corps néo-rétro

Côté moteur, rien ne change par rapport à la F4 d’origine. « Le 4-cylindres a été choisi dès la première réunion à MV », assure Andrea Zagato. Il s’agit du performant « Corsa Corta » - 998 cm3 à refroidissement liquide - soutenu par 195 chevaux, largement assez pour délivrer de puissantes accélérations. En revanche, la partie cycle a subi quelques modifications. « Le poids est réduit, puisque le système d'échappement d'origine a été enlevé et des matériaux plus légers, poursuit Andrea Zagato. L’aluminium et la fibre de carbone ont été utilisés ». De même, la moto a été réalisée avec un nombre limité de panneaux, la distinguant assez nettement de la version de série. Son optique particulière, en « œil de cyclope » crée une spécificité très visible. Son modeste saute-vent aussi.

La F4Z au Concours de Chantilly en septembre 2016


"MVA Best of the Year" - The Bikes That Ruled 2016 - Episode 4: #F4Z #Zagato #mvagusta #mvagustamotor #F4 #MVAgustaF4

Une photo publiée par MV Agusta Motor Official (@mvagustamotor) le

Tout a été prévu pour satisfaire les attentes du client, jusqu’à la hauteur de selle. « Nous avons pris en compte la taille de l’acheteur de notre F4Z pour un confort optimal, révèle Matteo Maresi. Elle est légèrement plus basse que le modèle d’origine. » Néanmoins, les différences avec la F4 traditionnelle sont flagrantes quand il s’agit de design. La F4Z a des allures de café racer, comme on appelle ces monoplaces au style rétro au guidon bas emblématiques des années 60. Ces choix sont conformes à la sensibilité de l’acheteur, « qui voulait une moto unique et sans design particulièrement moderne », expose Andrea Zagato.

La difficulté la plus grande pour l’entreprise milanaise a été de donner ce style néo-rétro à l’ensemble, un style plus rond et moins agressif. « Sur un véhicule produit en série, les tolérances sont amples, éclaircit Andrea Zagato. Ici chaque pièce a dû s'adapter parfaitement, au millimètre près ». Les équipes du carrossier sont passées par des moments de doute, notamment quand il fut question d’appliquer une philosophie de conception issue de la voiture pour la transférer sur une moto. « Nous n’étions pas sûrs de la réussite de certaines de nos idées, avoue Andrea Zagato. Heureusement, MV Agusta a fourni toutes les données 3D du modèle d’origine pour savoir où nous allions, elles se sont révélées absolument vitales ».

► Voir les photos de la MV Agusta F4Z


MV Agusta F4Z Zagato 2016

Portes ouvertes aux collaborations

Après la révélation de leur bijou au grand public, MV Agusta et Zagato ne sont pas peu fiers du fruit de leur travail en commun. « Nous voulions non seulement respecter les attentes du client mais aussi ne pas dénaturer la F4 d’origine, je crois que c’est réussi », se satisfait Andrea Zagato. Pour sa part, MV Agusta estime que le succès du projet F4Z « a ouvert beaucoup de portes pour des collaborations futures », promet Matteo Maresi.

Plus habituée aux contributions avec d’autres marques, Zagato a apprécié la démarche. « Derrière chaque projet commun, il doit y avoir une belle histoire à raconter, expose Andrea Zagato. Et avec MV Agusta, on a partagé une jolie histoire. Il semble possible de retravailler avec eux plus tard». Que le résultat final vous séduise ou vous déroute, la F4Z garde une identité italienne forte, fruit de deux savoir-faire finalement complémentaires. Cette réussite, Enzo Ferrari ne la renierait pas.