Formule 1 : Lewis Hamilton veut de la nouveauté

Voir le site Automoto

Lewis Hamilton
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2016-04-24T14:55:10.511Z, mis à jour 2016-04-26T16:39:28.228Z

Lewis Hamilton aimerait pimenter la Formule 1 et pense qu'il ne faut pas avoir peur d'essayer.

Lewis Hamilton a déclaré dans les colonnes d’autosport.com qu’il ne serait pas contre l’introduction de nouveautés dans la Formule 1. Même si le format des qualifications de cette année a été abandonné…

« Ils ne doivent pas avoir peur d’essayer »

Les grandes instances de la F1 ont essayé d’apporter un peu de piment aux courses en modifiant les qualifications. Mais, après deux GP, un retour à la formule précédente a été voté puis décidé. Mais, aux yeux de Lewis Hamilton, cela ne devrait pas les dissuader d’en tenter d’autres, « Je pense qu’ils ne doivent pas avoir peur d’essayer de nouvelles choses. »


Du vent frais

Lewis Hamilton a envie de fraîcheur lui qui, cette saison, n’a pas encore remporté une seule course et doit faire face à la suprématie de son coéquipier, auteur d’un joli triplé. « Je pense que nous devrions utiliser cette année comme une opportunité pour proposer de nouvelles idées et tester des choses qui impactent peu la course. Si les fans voient que nous avons essayer un nouveau format et qu’il ne fonctionne pas, bien sûr qu’ils n’aimeront pas, mais, au moins, ils sauront que nous essayons des choses pour l’année prochaine.
»

Un format différent chaque week-end ?

Bien sûr, le triple champion du monde ne connait pas la réponse à la question : qu’est-ce qu’il faut changer à la F1 ? « Ces dix dernières années, cela a été toujours le même du jeudi au dimanche. J’aime la course mais, si le format était différent chaque week-end, ce serait plus excitant pour tout le monde. Ce n’est pas obligatoire à chaque fois, mais nous pourrions avoir une super course ou trois saisons, je ne sais pas, mais quelque chose de différent. Cela doit être différent, car 21 courses avec le même format, je pense qu’il faut bousculer tout ça. » Lewis Hamilton prend l’exemple du GP2 où il avait droit à deux courses totalement à l'opposé le samedi et le dimanche, « Une course avec des arrêts, une autre sans, je ne dis pas qu’il faut plus de courses mais des scénarii différents en fonction du week-end avec des objectifs différents. »