Dans l'actualité récente

Formule E - ePrix Paris 2016 : Lucas di Grassi s’impose dans la capitale

Voir le site Automoto

CguCIltU4AIOjCo large jpg
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2016-04-23T15:20:20.645Z, mis à jour 2016-04-23T15:20:21.788Z

Lucas di Grassi a conforté son avance au général en s'imposant pour la troisième fois de la saison et pour la première fois à Paris.

L’Histoire retiendra que Lucas di Grassi (ABT Schaeffler Audi), leader au championnat pilotes, a remporté le premier ePrix organisé à Paris. Il s’impose devant Jean-Eric Vergne (DS Virgin) et Sébastien Buemi (Renault e.dams).

Bird se loupe au départ

Sam Bird (DS Virgin) avait pris le meilleur sur tout le monde lors de la Superpole. Mais le Britannique s’est malheureusement loupé au départ en patinant un peu, ce qui a profité à Jean-Eric Vergne et, surtout, Lucas di Grassi. Le Brésilien ne s’est ensuite pas fait prier pour s’envoler et connaître une course assez tranquille. Vergne, lui, a dû batailler pendant de nombreux tours avec son coéquipier Bird, jusqu’à ce que Buemi s’en mêle…

Buemi, la remontée

Auteur d’un bon départ, Sébastien Buemi, parti 8ème, s’est offert une course de battant pour monter sur la troisième marche du podium. Et c’est paradoxalement sans son fan boost qu’il a pris le meilleur sur Sam Bird. En réalité, son ingénieur lui avait demandé de mettre la pression sur le Britannique. Il l’a fait et le pilote DS Virgin a craqué. Le Suisse a donc limité les dégâts en vue du championnat.

Une Safety Car pour terminer

Le premier ePrix organisé à Paris aura finalement été assez calme. Il s’est même terminé sous le régime de la safety car après le crash du cookie Qinghua Ma . Après ce fait de course, on a cru que Jean-Eric Vergne pouvait obtenir la victoire grâce à son fan boost mais les commissaires ont manqué de temps pour faire repartir les différents acteurs. En étant un peu chauvin, on pourra se réjouir de la présence de trois Français dans le top 5 : Jean-Eric Vergne (premier podium de la saison), Nicolas Prost et Stéphane Sarrazin. En revanche, le pauvre Loïc Duval a été abandonné par sa mécanique.

Au classement, après sept courses, Lucas di Grassi conforte son avance sur Sébastien Buemi.