Lynk&Co : le constructeur chinois qui bouleverse la conception de l’automobile

geely-constructeur-chinois-bouleverse-conception-de-l-automobile-5081136
Propriétaire de Volvo, Geely lance à Berlin sa marque Lynk&Co. Son premier modèle, un SUV compact, présente de nombreux équipements connectés. Il compte attirer les jeunes dans ses filets.

LynkCo lance aujourd’hui sa marque à Berlin. Le propriétaire de Volvo, Geely,compte bien révolutionner l’automobile.


Acheter une voiture, un bien comme un autre

La marque chinoise va lancer son premier modèle, un SUV compact intitulé «01». Pas encore sorti des usines d’assemblage, il se veut déjà un concurrent au Volkswagen Tiguan du géant allemand. Jusque-là, pas de révolution. La première concerne l’achat. Tous les modèles pourront s’acheter sur internet, ou alors dans ce qu’on appelle les «stores». Une fois acheté, inutilede se rendre dans un concessionnaire (il n'y en a pas). Le véhicule sera livré directement chez le client. Les options, elles, ne se choisissent pas une par une. En effet, l'acheteurpotentiel décide de l’acquisition d’une «collection» à prix et équipements fixesqui correspondent à des services différents en ligne.



Tout pour le connecté

LynkComet au cœur de ses préoccupations l‘autopartage. Différentes applications seront proposées dans ce sens. Toujours dans cette idée, il sera possible de rendre sa voiture accessible à d’autres personnes grâce à l’usage d’une clef numérique. Avec cette stratégie, nul doute, la marque souhaite séduire les jeunes grâce à un produit dans l’ère du temps, mais aussi à l'aided'un prix de vente qui, selon les premières rumeurs, pourraient être jusqu’à 30 % moins cher qu’un Volkswagen Tiguan.


Une ambition internationale

Geely n’est jamais parvenue – pour le moment – à s’exporter, mais compte bien remédier à cela. En effet, le premier modèle de sa marque LynkCo sera lancé en Chine, aux Etats-Unis et en Europe, avec une priorité pour le vieux continent. Le fait de choisir l’Allemagneet Berlin pour le lancement de la nouvelle venue n’a en effet rien d’anodin. Avec ses marques phares, le pays dirigé par Angela Merkel est la place forte de l’industrie automobile européenne. Ultime élément qui montre que le marché européen est la cible, le choix d’Alain Wisser, ancien de chez General Motors Europe, pour le poste de vice-président de LynkCo.




News associées