General Motors et Honda partenaires pour la fabrication en série de piles à combustible d'ici 2020

Voir le site Automoto

Honda Clarity au Salon de Tokyo 2015
Par Victoire de Faultrier-Travers|Ecrit pour TF1|2017-01-31T13:50:10.866Z, mis à jour 2017-01-31T13:50:12.422Z

En juillet 2013, Honda et General Motors scellaient une collaboration inédite. Ils confirment leur volonté de construire des voitures à hydrogène en agrandissant aujourd'hui l'usine qui produira en masse leurs piles à combustible prévues pour 2020.

"Fuel Cell System Manufacturing" (FCSM) : la nouvelle génération de piles à combustible signée General Motors et Honda se précise pour 2020

Un investissement de 85 millions de dollars à parts égales (environ 79 millions d'euros)

En 2013, Honda et General Motors décident de partager leur expérience et de développer ensemble une nouvelle génération de piles à combustible et de réservoirs d'hydrogène. La pile transformant l'hydrogène en électricité qui fait ensuite tourner le moteur.
2.200 brevets
déposés plus tard, les deux leaders mondiaux en piles à combustible (GM n°1 et Honda n°3), sont prêts à lancer la production. Les piles à combustible nécessitent un investissement de 85 millions de dollars dans l'usine General Motors de Brownstown (Michigan), cette même usine où le Chevrolet Volt est construit depuis 2010. 100 nouveaux postes sont créés, en plus, pour la production de masse.

Face à la concurrence

Les piles à combustible des constructeurs américains et japonais veulent garantir une meilleure autonomie. La production en série permettra aux piles d'être moins chères par rapports au prix des batteries. General Motors va aussi proposer la Chevrolet Bolt dès cette année, connue en France sous le nom d'Opel e-Ampera. Une voiture électrique, performante et au prix de 35.000 dollars, comme sa future adversaire, le Model 3 de Tesla.

Les modèles à hydrogène des constructeurs automobiles américains et japonais sortiront de l'usine à partir de 2020, soit 4 ans après le lancement de la Toyota Mirai.