Grand Prix de Malaisie : Hamilton répond à Rosberg, Mercedes seul au monde à Sepang

Voir le site Automoto

RTSQ4K4
Par Alexandre Coiquil|Ecrit pour TF1|2016-09-30T08:44:03.217Z, mis à jour 2016-09-30T08:44:22.874Z

Lewis Hamilton et Nico Rosberg ont dominé les deux premières séances d'essais sur le circuit de Sepang, vendredi. Le Britannique a pris le meilleur sur son coéquipier lors des FP2.

Mercedes déroule à Sepang. Lewis Hamilton a remporté, vendredi à Kuala Lumpur, les FP2 du Grand Prix de Malaisie avec un chrono en 1'34"944. Le double champion du monde en titre a devancé de +0"233 son coéquipier Nico Rosberg et explosé la nouvelle référence matinale de ce dernier.

L'Allemand, en pleine forme après un été qui lui a permis de récupérer la tête du classement du championnat du monde, avait lui signé le meilleur chronos des libres 1 (en tendre) en battant la référence FP1 de 2015 de plus de 4 secondes (4"897). Les deux hommes ont profité du nouveau revêtement posé sur le tracé malaisien, cette année, pour faire exploser les chronomètres.


Ferrari en embuscade, Alonso surprend

Les Ferrari de Sebastien Vettel et Kimi Räikkönen, plutôt à l'aise sur le tracé tortueux de Sepang, ont effectué les 3e et 4e temps à moins d'une seconde (+0"661 pour Vettel et +0"898 pour Ice Man). Les deux pilotes de la Scuderia avaient terminé la première séance à plus d'une seconde des Mercedes. A l'aise avec la chaleur, comme cela avait été le cas la saison dernière avec la victoire de Vettel, les monoplaces de Maranello constitueront la principale menace ce week-end.

Max Verstappen et Daniel Ricciardo ont pris eux les 5e et et 8e places. Les deux invités surprises ont été Sergio Perez (6e à +1"340) et Fernando Alonso (7e à +1"352). L'Espagnol, qui a profité au maximum du nouvel aileron arrière développé par McLaren, avait pris la 5e place des FP1. Il sera toutefois pénalisé sur la grille dimanche pour avoir changé son moteur (Honda teste une évolution).

Magnussen et Renault : la frayeur

La principale péripétie de la matinée a été pour la poire de Kevin Magnussen et de Renault. Sa monoplace s'est enflammée (à hauteur du réservoir d'essence) après onze minutes de séances en libres 1, en pleine pitlane, après le tour de reconaissance de ce dernier. Il a fallu près d'un quart d'heure aux mécaniciens de Renault (pas équipé de combinaison ignifugée, le règlement ne leur impose pas le vendredi) pour venir à bout des flammes.

Après un gros travail effectué sur la R.S.16, le Danois a finalement pu prendre part à la FP2 qu'il a terminé à la 19e place (+2"720). L'écurie, qui a testé en Malaisie un nouveau réservoir d'essence, a soupçonné une fuite dans celui-ci. Pleine à rabord, la Renault a connu une défaillance majeure. On a visiblement échappé au pire à Sepang.