Groupe Volkswagen : vers la suppression de 40 modèles au catalogue ?

Voir le site Automoto

Volkswagen Golf R400 R420 scoop 2015
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2016-06-20T14:12:58.534Z, mis à jour 2016-06-20T14:14:12.158Z

Si le groupe allemand entend bien remonter la pente en commercialisant au moins 30 modèles 100% électriques d'ici 2025, il pense également à repenser toute une partie de sa gamme existante au sein de ses différentes marques.

En plein dans la tempête avec le scandale du «dieselgate», Volkswagen a voulu mettre un peu de bleu dans son ciel bien gris. Lors d'une conférence de presse tenue à Wolfsburg jeudi dernier, Matthias Müller, le nouveau patron, a annoncé la stratégie du groupe de produire et commercialiser au moins 30 modèles 100% électriques d'ici 2025. Un projet ambitieux qui ne serait pas la seule action de grande envergure au programme.

Audi, SEAT et Skoda touchés ?

Selon le média allemand Handelsblatt, qui tire son information d'une source interne, le groupe Volkswagen envisagerait la suppression de plus de 40 modèles de son catalogue qui en compte quelque 340 à l'heure actuelle en considérant toutes les marques (on citera, entre autres, Audi, Bentley, Bugatti, Lamborghini, Porsche, Seat ou encore Skoda, sans oublier Volkswagen, bien sûr). Les constructeurs touchés par cette mesure n'ont pas été nommés par nos confrères germaniques mais il y a fort à parier que Porsche, Lamborghini ou encore Bugatti ne seront pas concernés (ou très peu) compte tenu de leurs clientèles, exclusives et sélectives. On ne peut pas en dire autant d'Audi, SEAT ou encore Skoda.


Volkswagen encore dans la tourmente

Si Volkswagen tente de s'offrir une nouvelle ligne de conduite après le scandale dont il a été frappé en septembre dernier, le groupe allemand n'a pas encore fini de faire face aux recours des clients concernés par le « dieselgate ». En Europe, un mouvement collectif se profile, notamment en Belgique où Test-Achats, l'organisme de défense des consommateurs, a prévu de déposer un recours auprès de la justice allemande et belge pour demander le « remboursement total » des véhicules VW équipés des moteurs truqués et vendus dans le pays à compter du 1er septembre 2014.


Outre-Atlantique, le groupe Volkswagen a également obtenu un délai supplémentaire – jusqu'au 28 juin - pour formuler des propositions concernant l'indemnisation des clients américains après une décision rendu par la cour de San Francisco. Preuve que les ennuis sont loin d'être terminés pour Matthias Müller et ses troupes.

Scandale Volkswagen : les excuses de l'ex-PDG Martin Winterkorn