GT by Citroën : quand la réalité dépasse la fiction

Voir le site Automoto

GT by Citroën : du rêve à la réalité
Par etf1|Ecrit pour TF1|2008-12-12T17:04:00.000Z, mis à jour 2008-12-13T01:00:00.000Z

Imaginée initialement pour le jeu vidéo GranTurismo, nous avons pu effectuer quelques tours de piste à bord de la stupéfiante Citroën GT. Un concept car vraiment étonnant.

L'histoire d'une amitié

Mais qui a pu être assez fou pour imaginer un tel projet ? C’est avec cette question en boucle dans la tête que nous arrivons sur le circuit, prêts à découvrir la bête. Après un bref passage par l’accueil mis en place Citroën et l’engloutissement d’une boisson chaude (plutôt agréable étant donnés les 2° qu’il fait dehors), nous voici rendus sur la fameuse aire plane de Mortefontaine, régulièrement utilisée par nos confrères de la presse automobile pour mesurer les performances des véhicules. La GT est bien là, toute de blanc vêtue, entourée de plusieurs ingénieurs et une équipe de télévision venue immortaliser l’instant. Plus encore que lors du Mondial de Paris, elle semble venir d’un autre monde avec ses arêtes saillantes, ses 5 m de long et son pare-brise façon cockpit d’avion.

Une réflexion qui ne surprend guère Patrick Arnaud, designer en charge de la GT : « notre but était de créer la supercar de 2025. Cela a donné naissance à la GT by Citroën qui a un style plutôt affirmé et, à en croire les réactions du public, notre objectif semble avoir été atteint… Pour tout vous dire, ce projet est né d’une belle amitié entre Takumi Yamamoto, qui est l’auteur du style extérieur de la voiture, et un de ses amis d’enfance qui travaille chez Polyphony (l’éditeur du jeu GranTurismo). L’un dessinant des voitures et l’autre travaillant dans une société qui fait virtuellement rouler des voitures, l’idée leur est venue de profiter de leur amitié et de leurs compétences pour donner naissance à une auto spécifiquement étudiée pour les jeux vidéo. Dès lors, Takumi a présenté le projet à Jean-Pierre Ploué (directeur du style Citroën) qui a été immédiatement enthousiasmé par cette idée nouvelle de construire une auto exclusivement pour un jeu vidéo. Puis l’idée a fait son chemin au sein de la direction de Citroën, qui a accepté le projet et c’est comme ça que l’on s’est retrouvé à construire cette voiture », nous explique Patrick Arnaud.

Huit mois, pas un de plus

Entre la validation du projet et la mise en place de la voiture sur le stand Citroën au Mondial de paris, à peine 8 mois se seront écoulés. Un véritable sprint lorsque l’on sait que l’élaboration d’un concept-car prend, en règle générale, entre 18 et 24 mois. « C’était important de construire une voiture, de ne pas rester uniquement dans un monde virtuel, puisque le slogan de GranTurismo, c’est d’être la simulation automobile la plus réaliste. Et quoi de plus réel qu’une voiture qui existe, qui roule et qui puisse être essayée. Du coup, nous nous sommes dit que cette auto devait prendre forme. Mais Tout cela s’est passé très rapidement puisque l’accord avec Polyphony (l’éditeur du jeu GranTurismo) est intervenu très tard, on a ensuite décidé, là aussi très tardivement, de construire la voiture pour le salon de Paris. On a commencé, de manière concrète en janvier 2008 et les premiers tours de roue ont eu lieu au mois de septembre. Ce qui fait une durée de huit mois pour imaginer la voiture, la concevoir, la construire et la faire rouler », s’exclame ainsi Patrick Arnaud.

Le moment tant attendu

Pour cette prise de contact au combien exceptionnelle, notre temps est compté. Un créneau de deux heures nous a en effet été accordé. Bien assez, se dit-on, pour faire cent fois le tour de la voiture et apprécier les kilomètres avalés sur le circuit routier de Mortefontaine. Malheureusement, c’était sans compter sur les caprices d’une auto « unique », dont aucune pièce de rechange n’existe à l’heure actuelle. Cependant, ni les problèmes de boîte de vitesse, ni les faiblesses de la suspension ne nous empêcheront de monter à bord.

Certes, les évènements font qu’il sera impossible au pilote de pousser la mécanique au maximum, mais « si l’on y va tranquillement, tout se passera bien », tempère Alain Veillet, l’une des trois seules personnes à être autorisée à conduire la GT by Citroën. Il faut dire qu’en bon responsable du prototypage, il connaît l’auto comme sa poche, pour avoir participé à l’ensemble de sa construction (à la main, s’il vous plaît !). Suivant ses instructions, nous montons à bord, ou plutôt nous nous glissons dans les agréables sièges baquets, en prenant soin de ne pas nous cogner la tête contre l’une des deux imposantes portes en élytre.

L’ambiance y est décidément très particulière. « La volonté pour le style intérieur, dès l’origine du projet, ça a été de créer une sorte de sculpture d’art moderne », précise Patrick Arnaud. C’est pour ça qu’on retrouve un habitacle plutôt étonnant pour un concept car, avec du cuivre et du nickel dans un écrin de cuir. Effectivement les formes sont plutôt déroutantes, ça joue avec la lumière, c’est assez incroyable. » En effet, la planche de bord, entièrement en cuivre, semble avoir été taillée dans la masse, au même titre que l’improbable colonne de direction torsadée. Pour le reste, on se croirait dans un cockpit d’avion rempli de boutons, que ce soit au niveau de la console ou du pavillon.

En piste !

Si dans le jeu GranTurismo, la GT profite d’une motorisation écolo, en l’occurrence une pile à hydrogène développant une puissance de 490 kw (soit 646 ch), la réalité est toute autre. En raison du développement précipité de l’auto, Citroën n’a effectivement pas poussé le mimétisme jusqu’à fabriquer « pour de vrai » son moteur virtuel. Ainsi, au sifflement caractéristique d’une pile à hydrogène se substitue le son caverneux d’un V8 essence de 640 ch, dont PSA n’a pas souhaité divulguer l’origine. Inutile d’espérer être collés aux sièges, la petite forme de notre GT du jour ne le permet pas. Ainsi, nous nous contentons des quelques tours sur l’aire plane à moins de 70 km/h. Rien à voir, bien sûr, avec les 330 km/h revendiqués par le concept du jeu vidéo, mais assez tout de même pour certifier que la GT est une vraie voiture, apte à rouler. Citroën a cependant tenu à nous informer que l’auto avait déjà été capable d’atteindre les 180 km/h.