Hamilton : "Quelqu’un ne veut pas que je sois champion"

Voir le site Automoto

M42429 D326318
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2016-10-02T10:48:01.879Z, mis à jour 2016-10-02T18:03:47.028Z

Lewis Hamilton (Mercedes) était forcément très agacé après le Grand Prix de Malaisie, où il a été contraint d’abandonner sur casse moteur. En soignant sa communication, le Britannique a montré qu’il en voulait à Mercedes.

Dimanche, à Sepang, Lewis Hamilton pensait faire un nouveau pas vers le titre. Facile leader de la course, il aurait probablement repris les commandes du Championnat à son coéquipier et rival, Nico Rosberg, remonté au quatrième rang après avoir été accroché au départ, si le moteur de sa W07 ne s’était pas enflammé à 15 tours du drapeau à damiers.


23 points de retard

Problème, les défaillances techniques sur les blocs Mercedes ont été nombreuses cette saison. Surtout pour le prodige de Stevenage, qui avait déjà épuisé son quota de pièces avant le Grand Prix de Belgique, à la fin du mois d’août. 

A chaque fois, il avait été surpris par des casses aux essais. Pour la première fois de l’année, il a dû ranger sa monoplace sur le côté après une déficience en course.


Et à cinq manches du terme, celle-ci pourrait peser très lourd dans sa quête d’un quatrième titre mondial. Le Britannique accuse un retard de 23 points sur le leader du Championnat. De quoi le rendre furieux

D’abord dès son premier échange radiophonique après l’explosion de son bloc, où il a presque imploré le ciel en hurlant. Ensuite devant les micros des journalistes, où il a multiplié les sous-entendus à l’encontre de son écurie.

Hamilton veut des réponses

"Je ne peux simplement pas croire qu’il y ait 8 monoplaces motorisés par Mercedes sur la grille, et que la mienne ait été équipée des seuls blocs défaillants cette saison. Quelque chose ne tourne pas rond mais je ne peux rien y faire", a-t-il lâché à Skyports. 

Avant de remuer le couteau dans la plaie : "C’était un moteur neuf. Je n’ai fait qu’une course avec. Je sais que nous pouvons encore gagner le titre, mais qui sait comment se comporteront les prochains. Quelqu’un ne veut pas que je sois champion cette année mais je ne lâcherai rien. Quelqu’un va devoir me donner des réponses", a-t-il conclu, en prenant soin de ne pas citer son écurie. La seule capable de lui donner les explications qu’il réclame.