Historique : Fiat Chrysler Automobiles débarque à Wall Street

Voir le site Automoto

Sergio Marchionne, le président de Fiat Chrysler Automobiles, immortalise l'entrée en bourse du groupe le 13 octobre 2014.
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2014-10-14T07:56:00.000Z, mis à jour 2014-10-30T12:50:00.000Z

Ce lundi 13 octobre, le groupe Fiat Chrysler Automobiles, issu de la fusion entre le constructeur transalpin et la marque américaine, a écrit un nouveau chapitre de sa récente histoire en faisant son entrée en bourse à Wall Street.

Ce lundi 13 octobre, Fiat Chrysler Automobiles, né de la fusion entre la Fabbrica Italiana Automobili Torino (Fiat) et sa filiale américaine Chrysler, a écrit un nouveau chapitre de sa récente histoire. Sans doute le plus important... pour le moment. Après avoir officialisé son union le 1er août dernier, le groupe a effectué son entrée en bourse à Wall Street.

Une histoire longue de cinq ans
Cette ultime étape marque la fin d'une histoire longue de cinq ans où de nombreuses négociations ont eu lieu pour aboutir au groupe Fiat Chrysler Automobiles que nous connaissons aujourd'hui.

La relation entre les deux constructeurs commencent en 2009 où Chrysler est en faillite. Fiat commence alors son entreprise de restructuration de la marque américaine, acquérant rapidement 25% de ses parts.

Sous la houlette du charismatique Sergio Marchionne, administrateur général de FIAT... et désormais PDG du groupe FCA, la machine est alors relancée et les marques Jeep, Chrysler, Ram ou encore Dodge, pour ne citer qu'elles, connaissent une seconde jeunesse. Un nouveau souffle qui sera concrétisé en deux temps. D'abord par le rachat du dernier paquet d'actions de Chrysler par Sergio Marchionne pour 4,5 milliards de dollars le 30 décembre 2013, puis par l'officialisation de la fusion entre le groupe FIAT et Chrysler 1er aout dernier.

Des projets ambitieux
Avec cette entrée en bourse, Fiat espère relancer une machine qui s'est enraillée au début des années 2000. Au bord de la faillite, le groupe transalpin générait trois fois moins de chiffre d'affaires (27 milliards d'euros en 2004 contre 87 milliards en 2013) et perdait gros au niveau financier (7,7 milliards d'euros entre 2002 et 2004).

Attention toutefois à ne pas céder à l'excès de confiance. Sergio Marchionne, PDG du groupe FIAT et donc du nouveau FCA n'a cessé de le marteler dans la presse : il espère que la production annuelle (2013) de 4,4 millions d'automobiles passe à 7 millions en 2018, soit un gain de 60% et que les profits quintuplent.

Plus encore, la volonté de développer les ventes d'Alfa Romeo, de Maserati et de Jeep et de toucher le marché asiatique est clairement affichée par le groupe dont le siège social est désormais à Amsterdam... Ambitieux.