Dans l'actualité récente

Honda Accord Tourer 2.2 i-DTEC : Raffinée et technologique

Voir le site Automoto

Honda Accord Tourer 2.2 i-DTEC : l’alternative Premium
Par etf1|Ecrit pour TF1|2008-08-13T14:22:00.000Z, mis à jour 2008-08-13T14:22:00.000Z

Honda Accord est relookée pour la 8ème fois : un style plus épuré et de nombreux équipements pour un prix raisonnable. Un positionnement inédit à mi-chemin entre une berline familiale traditionnelle et son homologue haut de gamme.

Présentation

Une fois n’est pas coutume, c’est la version Tourer que nous avons choisi d’essayer. Un modèle au design bien plus athlétique qu’auparavant et dont l’élégance pourrait séduire près d’un acheteur d’Accord sur deux. C’est en tout cas ce qu’espère Honda qui a choisi de sacrifier le volume de chargement de son break au profit d’un style plus attractif. Résultat, là où le coffre de la berline peut accueillir 467 litres, celui du Tourer se contente d’un espace allant de seulement 406 à 660 litres banquette arrière rabattue. La faute à des passages de roue prononcés accompagnés de suspensions plutôt envahissantes mais aussi à un gabarit contenu, le break étant à peine 1,8 cm plus long (4,74 m) que la berline. Le coffre se rattrape néanmoins par sa facilité d’accès (2 sacs de golf peuvent y tenir en largeur), son bac de rangement de 69 litres situé sous le plancher et son hayon à ouverture électrique.

Intérieur

Inspirée de la Civic, la planche de bord offre une présentation originale comparée aux actuelles références germaniques que sont l’Audi A4 Avant, la Mercedes Classe C break et la BMW Série 3 Touring. Certes, les matériaux utilisés ne sont pas tous dignes d’une berline Premium (tel le plastique bas de gamme des bacs de porte…), mais l’ensemble est à la fois flatteur et bien assemblé. Les rangements sont qui plus est nombreux, à l’image des deux espaces situés de part et d’autre de la console centrale ou encore de l’imposante place laissée sous l’accoudoir central. Comme c’est habituellement le cas chez Honda, la dotation de série est assez conséquente avec notamment une climatisation bi-zone automatique, un système radio CD MP3, une connexion Bluetooth, des appuie-têtes actifs avant et arrière, un régulateur de vitesse ainsi que l’allumage automatique des phares et essuie-glaces. Doté d’une finition supérieure, notre modèle bénéficiait lui d’une caméra de recul (très utile en raison de la faible visibilité arrière), d’un toit ouvrant, d’un GPS intégré ou bien encore de sièges chauffants. Si ces derniers nous sont apparus confortables, on regrettera en revanche leur maintien latéral un peu trop prononcé, qui a parfois tendance à gêner le maniement du levier de vitesse. Enfin, au contraire des places avant très généreuses, l’espace alloué aux passagers arrière est un peu juste, notamment au niveau des jambes et des épaules.

Moteur

Malgré son statut de premier motoriste au monde, Honda ne propose toujours qu’un seul diesel. Il s’agit du 2.2 i-DTEC qui n’est autre qu’une évolution du 2.2 i-CTDI utilisé par l’ancienne Accord. Fort de 10 ch supplémentaires, soit 150 ch, et 350 Nm de couple, il a pour principal avantage d’offrir de bonnes reprises sur une large plage d’utilisation, allant de 2 000 à 4 800 tr/mn. De quoi autoriser des dépassements en toute sécurité d’autant que la japonaise s’est allégée de près de 50 kg par rapport à la précédente génération… qui datait de 2003. On regrettera cependant un léger manque de tonus à bas régime, obligeant parfois à tomber un rapport. Ce qui n’est pas forcément désagréable tant la boîte manuelle à 6 vitesses nous est apparue précise et bien étagée. A noter au passage la présence d’un petit levier de vitesse à débattement court, dont le maniement rappelle (un peu) celui de la sympathique S2000. Enfin, malgré sa puissance en hausse, le 2.2 i-DTEC consomme moins qu’auparavant(5,9l/100 km) et diminue par conséquent ses rejets de CO2 (155 g/km). Une aubaine pour les futurs acheteurs qui ne tomberont sous le coup d’aucun malus !

Sur la route

A l’usage, la rigidité accrue de la plate-forme et l’utilisation de nouvelles suspensions (double triangulation à l’avant et multibras à l’arrière) confèrent à l’Accord Tourer un comportement aussi rassurant (stable) qu’agréable (confortable). Sans être pataude, l’auto manque néanmoins un peu d’agilité et privilégie donc les long trajets sur autoroute, où sa bonne insonorisation fait merveille. L’endroit idéal pour tester l’une des nombreuses aides à la conduite proposées par Honda, dont l’inédit LKAS : un système agissant directement sur la direction afin d’éviter à votre véhicule de sortir de sa voie de circulation. Une technologie étonnante puisqu’elle permet au volant de tourner seul en cas d’assoupissement du conducteur grâce à l’utilisation d’une caméra chargée de repérer les marquages au sol. On notera cependant qu’un simple contre-jour parvient à empêcher le système de se repérer et par conséquent de se mettre en route. Bien qu’accompagnée d’un avertissement sonore et visuel, cette intervention ne doit évidemment en aucun cas remplacer votre vigilance, d’autant que le système stoppe toute aide à compter de la 13ème seconde d’inactivité du conducteur… Pour le reste, la nouvelle Honda Accord bénéficie entre autres (dans le cadre du pack ADAS) d’un système de pré-collision et d’un régulateur de vitesse adaptatif, deux technologies déjà à l’œuvre sur le CR-V. A retenir également, le bon rayon de braquage de la japonaise ainsi que le léger manque de précision de sa direction à assistance électrique.

Bilan

Avec son tarif d’entrée de gamme inférieur à 30 000 euros (prix non-communiqués), son diesel performant et son équipement complet, l’Accord Tourer constitue un achat intermédiaire pour qui souhaite goûter aux joies d’un véhicule haut de gamme sans avoir à casser sa tirelire. Une auto bien plus élégante qu’auparavant qui devrait, selon nous, rencontrer davantage de succès que la berline. Ceci étant, qu’il s’agisse de l’une ou de l’autre, Honda tient à satisfaire pleinement sa clientèle et propose notamment un programme d’assistance VIP comprenant jusqu’à 5 nuits d’hôtel à 80 euros, le prêt d’une auto de remplacement et la livraison du véhicule réparé à domicile.

LE BILAN

Points Forts
- Look athlétique
- Finition en progrès
- Consommation contenue
- Moteur diesel performant

Points Faibles
- Faible volume de chargement
- Places arrières un peu justes
- Manque de précision de la direction