Honda quitte la Formule 1 !

Voir le site Automoto

F1 : Honda à la casse, sans prime
Par etf1|Ecrit pour TF1|2008-12-05T09:03:00.000Z, mis à jour 2008-12-05T09:03:00.000Z

La crise touche même les sports les plus suivis de la planète. En Formule 1, c'est Honda qui se retire de la compétition.

Très ému, le président de Honda Motor, Takeo Fukui, a justifié ce matin cette décision par la "dégradation rapide de l'environnement dans le secteur de l'industrie automobile, due aux subprimes américaines, au resserrement du crédit et à la récession des économies mondiales". Tout en s'excusant auprès des pilotes, des employés et des supporters de l'équipe, M.Fukui a précisé qu'il s'agissait d'un retrait total, Honda stoppant également son activité de motoriste pour d'autres écuries. Selon certaines sources, Honda aurait un mois pour trouver un acheteur et pourrait être amené à fermer purement et simplement l'écurie si aucun ne se présentait.

Le deuxième constructeur japonais a enchaîné plusieurs mauvaises saisons ces dernières années, après avoir brillé avec les écuries McLaren et Williams de 1986 et 1991. Elle a terminé 9ème du championnat constructeur 2008 avec ses pilotes Jenson Button et Rubens Barrichello.


Fin de carrière pour Barrichello ?

Le pilote brésilien Rubens Barrichello, qui vient de réaliser la meilleure performance de l'écurie japonaise en 2008 en terminant troisième à Silverstone, et le Britannique Jenson Button, vainqueur du Grand Prix de Hongrie en 2006, n'ont pas de contrat pour l'année prochaine. Le retrait de Honda pourrait signer le glas de la carrière de Barrichello, qui détient le record de participations en Grand Prix, 271, dont neuf victoires.
Honda avait fait ses débuts en F1 en tant que constructeur en 1964 dans le Grand Prix d'Allemagne. Elle avait remporté sa première victoire au Mexique en 1965 et une deuxième en Italie en 1967, mais avait dû se retirer l'année suivante afin de permettre à la société de concentrer ses ressources sur le développement d'un véhicule de tourisme compact.

Honda était revenu à la F1 comme fournisseur de moteur de 1983 à 1992, enchaînant les victoires avec des pilotes comme Nelson Piquet, Ayrton Senna et Alain Prost.
Toutefois, après l'interdiction des systèmes turbo, Honda s'était à nouveau retiré de la F1. Le constructeur japonais avait fait son retour en compétition en 2000, en s'associant avec le constructeur anglo-américain BAR pour la conception d'une monoplace équipée d'un moteur Honda. Le partenariat avait duré six ans, jusqu'à la création de l'écurie Honda Racing F1 Team en 2006, couronnée par une troisième victoire au GP de Hongrie la même année.


GP de France déjà annulé

La crise financière et le resserrement du crédit dans les pays industrialisés n'ont pas épargné le secteur de la Formule 1. Le Grand Prix d'Australie est en déficit de 27 millions de dollars cette année tandis que la France a purement et simplement annulé son GP en 2009 en raison du contexte économique difficile.
Le président de la fédération internationale automobile (FIA) Max Mosley a lancé en octobre un cri d'alarme sur la viabilité économique de la Formule 1 et appelé les écuries à soumettre des propositions pour réduire les coûts.

M. Mosley a averti que "perdre encore deux équipes placerait (la F1) dans une situation intenable". "Actuellement, nous avons 20 voitures en compétition, si nous perdons deux équipes nous n'en aurions plus que 16 et la grille de départ cesserait d'être crédible", a-t-il dit.
Honda a annoncé jeudi une réduction de sa production automobile et indiqué qu'elle n'allait pas reconduire les contrats de 760 ouvriers temporaires travaillant dans ses usines au Japon d'ici fin janvier.

(avec agences)