Inondations : Comment se faire rembourser par son assurance ? Réponse d’expert !

Voir le site Automoto

Voiture inondation
Par Florent REYNE|Ecrit pour TF1|2016-06-03T09:37:07.465Z, mis à jour 2016-06-03T10:47:56.521Z

Le contrat d’assurance pour votre voiture vous couvre-t-il en cas d’inondation ? C’est le moment de se tenir au courant. Paul Ferré, de l’association 40 Millions d’Automobilistes, répond à nos questions.

Paul Ferré est un expert dans le domaine de l'assurance auto, il est actuellement bénévole pour 40 millions d'automobilistes. Il a accepté de répondre aux questions d'Automoto.fr pour aider les particuliers à être indemnisés au mieux suite aux inondations. 


Pour avoir toutes les informations sur les routes praticables et la situation en temps réel, consultez notre carte de la circulation en temps réel !


Cartes Routes Nord France juin 2016


Comment savoir si on est assuré contre ce type d’inondation ? 

C’est assez simple. Si la zone où se trouve votre véhicule est déclarée par les autorités compétentes en catastrophe naturelle, c’est la garantie catastrophe naturelle qui joue. Cette garantie se juxtapose avec le décret qui stipule que la zone est déclarée en catastrophe naturelle. Evidemment, le décret va fonctionner pour tous les assurés « tous risques ». Par contre pour ceux qui sont assurés au tiers, ça sera plus compliqué. 


Combien de temps faut-il attendre avant l’indemnisation ? 

Cela dépend de l’Etat. Si les pouvoirs publics mettent deux mois à déclarer la zone en catastrophe naturelle, l’indemnisation mettra plus de temps à être administrée au particulier. Plus concrètement vous avez deux options, la garantie « dommage » ou la garantie « catastrophe naturelle » . Soit votre assureur joue le jeu, il dépêche un expert pour constater de l’état de votre véhicule. Même si vous êtes assuré au tiers. Et l’autre solution, l’assureur attend que le décret soit passé et dans ce cas-là, il n’y a même plus besoin d’expertise, quel que soit l’état de la voiture. Cependant, François Hollande a assuré que l'état de catastrophe naturelle serait appliqué mercredi 8 juin.



Prenons un exemple concret : si la voiture d’un particulier est garée dans un parking sous-terrain, dans une zone qui n’est pas déclarée en catastrophe naturelle et se retrouve sous les eaux, est-ce que l’assurance couvre ce risque ? 

Normalement, c’est la garantie "dommage du véhicule" qui prime et il est possible de se faire rembourser des dégâts voire du véhicule. Dès que l’expertise a été réalisée, l’indemnisation se fait dans la foulée, suivant la cotation de votre véhicule. Il sera mis en VEI (Véhicule Économiquement Irréparable) ou VGE (Véhicule Gravement Endommagé), le résultat est sensiblement le même. 


Quelles sont les démarches pour le particulier dans ce cas ? 

L’assuré doit se renseigner sur des sites référençant des véhicules d'occasion comme ParuVendu ou autres, pour connaitre le prix de son véhicule actuel. Il doit trouver en ligne un véhicule équivalent (même kilométrage, même année et même modèle). Il demande à son garagiste la côte Argus de son véhicule. Il doit également glaner ses dernières factures hors entretien (courroie, moteur, freins,…). Avec tous ces éléments, le particulier dispose des armes pour discuter avec l’expert et constater si ce dernier sous-estime le dédommagement. Il faut s’y mettre au plus vite. 


Dès que le véhicule est sous les eaux, il faut faire la déclaration à l’assureur. Ensuite, l’assurance prend le relais, il missionne un expert, contacte une dépanneuse et votre véhicule se retrouve chez le garagiste. De son côté l’assuré doit se renseigner tout de suite de la valeur de son véhicule sur le marché. Rappel, si vous êtes en garantie tous risques, il n’y a pas de problème vous serrez remboursez très vite. Après il faut se renseigner également sur la différence de montant entre la franchise « cat nat » (catastrophe naturelle) et la franchise du véhicule. 


 Un dernier conseil pour les automobilistes qui auraient quelques problèmes avec leur assureur dans ce contexte ? 

 Pour les assurés "tous risques", aucune contrainte ne devrait être rencontrée. Par contre pour ceux qui sont assurés au tiers, rien ne garantit qu’ils soient remboursés sans le décret ou l’arrêté relatif à la catastrophe naturelle.