Insolite : Pour Noël, Red Bull envoie de jolies piques à Ferrari et Mercedes

Voir le site Automoto

Red Bull envoie ses voeux
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2016-12-21T13:03:18.683Z, mis à jour 2016-12-21T13:03:21.520Z

La période des fêtes est propice aux vœux, et Red Bull a envoyé les siens à ses rivaux, Ferrari et Mercedes. Mais les deux écuries n’apprécieront pas forcément.

Red Bull compte, comme Renault, parmi les écuries les plus habiles en termes de communications, notamment sur les réseaux sociaux. Et elle l’a encore prouvé.


Mercedes et Ferrari vont passer un hiver délicat. Le premier est empêtré dans des négociations délicates, visant à attirer définitivement Valtteri Bottas. Le deuxième va entamer une profonde remise en question pour étudier au mieux le nouveau règlement et tenter de retrouver une aura sportive en chute. Red Bull, auteur d’une saison encourageante, avec deux victoires décrochées par Max Verstappen et Daniel Ricciardo, a tout pour effectuer la transition dans la sérénité.

« Comment est mon pilotage ? »

Du coup, la marque autrichienne a eu la bonne idée de tenter d’enfoncer le clou, en envoyant une carte de vœux un peu particulière à ses deux rivaux. On y voit notamment les deux bolides au Taureau Rouge, devançant une Mercedes et une Ferrari, avec deux messages plutôt bien choisis. Le premier bolide, celui du jeune prodige néerlandais, est destiné à la firme allemande : « Comment est mon pilotage ? Appelle Jos au +31 33333 », peut-on y lire.


Deux allusions faciles à deviner

Il fait référence à Toto Wolff, boss de l’écurie à l’Etoile, qui avait contacté le père de Verstappen, avant le Grand Prix du Brésil, pour lui demander de calmer les ardeurs de son fils et de ne pas influencer la bagarre pour le titre opposant Nico Rosberg à Lewis Hamilton


Le deuxième, lui, est adressé à la Scuderia, et plus précisément à Sebastian Vettel : « Comment est mon pilotage ? Appelle Charlie Withing ». La référence concerne le Grand Prix du Mexique, où l’Allemand avait, dans les derniers tours, violemment insulté le directeur de course après une bataille féroce avec les deux titulaires de la RB12. Piquant.