Focus Automoto - Jaguar Type E : voici l’histoire de "la plus belle voiture du monde"

Focus Automoto - Jaguar Type E : voici l’histoire de "la plus belle voiture du monde"
Depuis sa sortie en 1961, la Jaguar Type E possède un pouvoir de fascination sur tous les passionnés d’automobile. Associée à la pop culture des années 60, mémorable pour ses courbes sublimes, puissante et abordable, elle reste à ce jour "la plus belle voiture du monde", selon Enzo Ferrari.

Elle a été surnommée le mannequin roulant. Le Commendatore Enzo Ferrari a dit d’elle qu’elle était "la plus belle voiture du monde." Elle symbolisa les Swinging Sixties au même titre que les Beatles ou les mini-jupes de Carnaby Street, quand Londres était la capitale de la création mondiale. Être aperçu à son bord, comme George Best, Steve McQueen, Franck Sinatra ou encore Brigitte Bardot, suffisait à créer une réputation. C’est une grande actrice de cinéma, vue dans Austin Powers, Le corniaud, Ca$h ou encore Matrix Revolution. Elle, c’est la Jaguar Type E, ou "le style pour arrêter le trafic et une expérience de conduite qui a résisté à l'épreuve du temps",.

Le pouvoir de fascination de cette voiture d’exception est intact, 55 ans après sa mise sur le marché et 41 ans après l’arrêt de sa production. La Type E a été élue meilleure voiture anglaise de tous les temps devant des monstres comme la McLaren F1, la Lotus Seven et autres Bentley.

"Un demi-siècle de progrès n’a pas diminué l’importance de la Type E", lâche Mike O’Driscoll, Président de Jaguar Heritage. "Elle reste le symbole le plus durable et emblématique de Jaguar. La Type E est tout simplement l’une des voitures les plus excitantes jamais créées et un héritage du génie de Sir William Lyons, fondateur de la marque ."


"C’était révolutionnaire, ce prix défiant toute concurrence", éclaire Eric Fournier. "Pour vous donner un ordre d’idée, pour une Ferrari, vous pouviez vous achetez deux Jaguar type E et trois pour une Aston Martin. Aujourd’hui, ça serait à peu près l’équivalent d’une voiture qui roule à 300 km/h au même niveau que les meilleures sportives du moment et qui coûterait moins de 30 000 euros."

Aujourd’hui une Jaguar Type E est un modèle de collection pour clients aisés, surtout pour les modèles de la Série 1. C’est la plus recherchée, l’originale. Elle a tous ses petits défauts mais n’a pas encore subi les multiples évolutions qui affecteraient son charme. Une Série 1 dépasse, en 2016, largement les 100.000 euros.

L’icône a pourtant le mérite d’avoir été produite en nombre - plus de 72 000 exemplaires - ce qui permet de trouver relativement facilement certaines pièces détachées. Eric Fournier est bien placé pour le savoir : l’émotion Type E n’a pas pris une seule ride. "Je suis spécialisé dans la restauration de voitures anglaises et américaines. J’ai eu l’occasion d’en essayer plusieurs. Mais, si je ne devais en garder qu’une, ce serait celle-ci. Sans aucun doute."


Vidéos associées

News associées