Jeux vidéo : Assetto Corsa enfin disponible sur PS4 et Xbox One

Voir le site Automoto

Assetto Corsa (PS4)
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2016-08-28T09:51:18.657Z, mis à jour 2016-08-28T09:51:39.243Z

Véritable référence sur PC, le titre développé par les Italiens de Kunos Simulazioni débarque enfin sur consoles avec beaucoup d'atouts sous la pédale malgré quelques déceptions en termes de contenu.

Oui, c'est la rentrée et ça se voit avec la reprise du MotoGP et de la Formule 1, entre autres, après une pause estivale bien méritée. Ca se sent aussi dans le monde du jeu vidéo où, après F1 2016, c'est au tour d'Assetto Corsa de faire parler de lui avec une arrivée sur PS4 et Xbox One, presque trois ans après sa sortie sur PC. Mais que propose réellement sur consoles ce titre développé par le studio italien Kunos Simulazioni ? Petit tour d'horizon.

Grand Format : Ferrari LaFerrari, une nouvelle ère automobile

Une conduite sur-mesure

On ne va pas se mentir : si vous recherchez un jeu vidéo qui opte pour une direction un peu plus arcade comme Forza Horizon, entre autres, Assetto Corsa n'est tout simplement pas fait pour vous. D'ailleurs, il est fortement conseillé de jouer avec un volant, même si le paramétrage de la manette est plutôt réussi et moins rebutant qu'un certain Project Cars. Bien entendu, les nombreuses aides au pilotage que propose tout bon jeu de course qui se respecte aujourd’hui (ABS, traction, contrôle de stabilité) sont également disponibles. Mais l'intérêt d'un tel titre est bien évidemment de rouler sans la moindre assistance, d'autant que certaines d'entre elles ne sont clairement pas au point comme la trajectoire conseillée qui va plus vous ralentir qu'autre chose, la faute à des points d'accélération et de freinage ne correspondant pas à la réalité du circuit.


Un contenu légèrement décevant

Très bien calibré au niveau de la conduite, le titre de Kunos Simulazioni a malgré tout quelques défauts, notamment en termes de contenu. Certes, les traditionnels – et parfois honteux au niveau du prix, il faut le dire – DLC seront de la partie pour rectifier le tir. Mais quand vous lancez le jeu en l'état, vous disposez d'entrée de 90 voitures au lancement (avec beaucoup d'italiennes, tiens-donc, comme la LaFerrari, la Pagani Huayra ou encore l'Alfa Romeo 4C), ce qui est plus que correct, mais seulement d'une petite vingtaine de circuits (Spa-Francorchamps et la Nordschleife, entre autres) avec 11 destinations différentes. Le mode carrière est quant à lui trop impersonnel et linéaire (Gran Turismo, es-tu là?) mais le jeu passe clairement la seconde en multijoueur pour se confronter aux autres pilotes du monde entier.


McLaren P1 Assetto Corsa


De nombreuses heures de jeu sont en tout cas à prévoir pour les passionnés de simulations automobiles, surtout que d'un point de vue technique, cet Assetto Corsa, sans être totalement transcendant, est très réussi. Et c'est bien là l'essentiel pour un titre qui s'est longtemps fait attendre pour pouvoir y jouer devant notre écran de télévision.

Grand Format : la McLaren P1, le monstre britannique aux 916 chevaux