L'Allemagne au secours d'Opel

Voir le site Automoto

Photo 7 : Essai Opel Insigna : la belle affaire
Par Julien LECORNU|Ecrit pour TF1|2009-02-24T13:46:00.000Z, mis à jour 2009-02-24T13:46:00.000Z

Opel subit les déboires de sa maison mère General Motors et doit maintenant s'appuyer sur le gouvernement allemand pour sa survie, selon le Financial Times Deutschland.

L'octroi d'un crédit est envisageable devant l'urgence de la situation, selon le quotidien, qui ne cite pas ses sources. Jusqu'à présent, Berlin s'est uniquement avancé sur le principe d'une garantie publique.

Armin Schild, syndicaliste et membre du conseil de surveillance d'Opel, avait estimé récemment que le groupe a besoin d'au moins 3,3 milliards d'euros pour survivre, soit bien plus qu'envisagé jusque là.

Interrogé par l'AFP, un porte-parole d'Opel n'a pas commenté. "Opel travaille à un concept d'avenir et quand il sera à disposition, nous citerons toutes les possibilités. Avant, nous ne prenons pas position", a-t-il expliqué.

Une journée d'action est prévue jeudi pour sauver les emplois, à l'appel du comité d'entreprise européen de General Motors Europe. Le gouvernement attend qu'Opel présente un concept viable pour la poursuite de ses activités avant de lui accorder des garanties. Ceci devrait être fait vendredi lors d'une réunion du conseil de surveillance, et une séparation d'avec GM est envisagée.

Certains responsables politiques vont plus loin et demandent que l'Etat fédéral entre au capital d'Opel, plombé par les déboires de sa maison mère. Mais cette idée est loin de faire l'unanimité au sein de la grande coalition (conservateurs et sociaux-démocrates) au pouvoir.

(avec agences)