Dans l'actualité récente

L'aventure du Grand Lac Salé de Bonneville au guidon du concept-bike B-Rocket

Voir le site Automoto

Le défi de Bell & Ross sur le lac salé de Bonneville (Utah) en images.
Par Loïc CHENEVAS-PAULE|Ecrit pour TF1|2014-09-15T16:21:00.000Z, mis à jour 2014-09-16T09:29:07.000Z

Célèbre à travers le monde entier pour ses montres, l'horloger français Bell & Ross s'est rapproché de l'équipe britannique Shaw Speed & Custom afin de créer un concept-bike qui porte le nom de B-Rocket. Le but : rouler sur les pistes du lac salé à Bonneville (Utah) et promouvoir ses modèles BR-01 et BR-03 B-Rocket. Retour sur un pari réussi en juin 2014.

Ses montres sont connues à travers le monde entier sous le nom de BR-01 et BR-03 B-Rocket. Pour faire parler d'elles, le célèbre horloger français Bell & Ross s'est rapproché de l'équipe britannique Shaw Speed & Custom afin de créer un concept-bike qui porte le nom de B-Rocket. Le but : rouler sur les pistes de records du Grand Lac Salé à Bonneville (Utah). Un défi qui s'est réalisé avec succès en juin 2014.

>> Voir le concept-bike B-Rocket Shaw Speed and Custom par Bell & Ross en images officielles

S'inspirer de l'aviation expérimentale des années 1960

Confectionnée sur la base d'un Twin Cam 96 h-D de 1584 chevaux, ce concept-bike tire sa source d'inspiration de l'aviation expérimentale des années 1960 et avait déjà été exposé lors du Salon de Bâle qui s'était déroulé en mars 2014.

"L'horlogerie et l'aéronautique sont deux univers intimement liés. La montre d'aviation est née avec la navigation aérienne et a évolué avec l'instrumentation aéronautique. La période mythique est celle durant laquelle les ingénieurs américains se sont lancés à la conquête de la vitesse supersonique et de l'espace", explique Bruno Belamich, directeur de création Bell & Ross.

"A cette époque, les recherches aérodynamiques, la performance des réacteurs et la maîtrise de la vitesse étaient une quête glorieuse et dangereuse pour les pilotes. C'est à ce moment-là que les records de vitesse au sol vont atteindre des chiffres phénoménaux. J'avais envie d'explorer cette histoire d'une autre manière et l'idée de construire une moto pour retrouver l'esprit de l'époque et la magie de ce lieu de légende m'est venue", ajoute-t-il.

"C'était magique !"
Pour maîtriser un tel engin, mieux vaut avoir avec soi un solide pilote au guidon. A quelques jours du départ, Niels Sefton, membre de la concession Shaw et fin pilote réputé, se blesse et doit renoncer à conduire la machine. Simon Pocock, collaborateur de Shaw Speed & Custom et motard depuis toujours, a alors pris la relève pour réaliser avec brio le défi de Bell & Ross.

"J'avais quelques appréhensions avant d'y aller. Mais nous ne pouvions pas faire marche arrière. Le défi était lancé. Le comportement de la moto sur le sel est très particulier, ça n'a rien à voir avec ce que je connaissais jusqu'alors. Je me suis progressivement habitué à pousser la moto à fond et quand je me suis senti plus à l'aise les runs sont devenus incroyables", raconte Simon Pocock. Avant d'exulter : "Seul sur la moto avec le son de la mécanique et des échappements dans les oreilles, en faisant corps avec la machine. C'était magique ! C'est la première fois que j'ai ressenti une émotion telle aux commandes d'une moto".

En 2011, Bell & Ross avait déjà travaillé avec la concession Shaw pour la Nascafe Racer, sorte de Harley Softail Night Train revisitée. Afin de promouvoir ses produits, l'horloger français avait fait installer une montre BR01 Carbon dans la console centrale de la moto. Classe.