F1 – GP du Mexique 2016 : Lewis Hamilton domine les essais libres 1

Voir le site Automoto

Lewis Hamilton meilleur temps des essais libres 1 au Mexique
Par Lucas VINOIS|Ecrit pour TF1|2016-10-28T17:30:05.447Z, mis à jour 2016-10-28T17:33:22.853Z

Le pilote Mercedes Lewis Hamilton a réalisé le meilleur chrono de la séance d’essais libres 1 du Grand Prix du Mexique. Sur sa lancée du Grand Prix des Amériques, il a dominé les pilotes Ferrari et son coéquipier Nico Rosberg.

Le vainqueur du Grand Prix d’Austin (Texas) a dominé les deux Ferrari de Sebastian Vettel (+0.079) et Kimi Raikkonen (+0.158) sur le tracé de l’antépénultième manche de la saison 2016, au Mexique. Nico Rosberg a pris la septième place à un peu plus de sept dixièmes (+0.759) de son coéquipier et rival pour le titre. Si les écarts paraissent faibles avec la concurrence, c’est un trompe l’œil. En effet, le Britannique a signé son chrono de référence (1.20.914) en pneumatiques « medium » et sur une piste sale, alors que les monoplaces des deux pilotes de Maranello étaient chaussées de pneus tendres.

Drapeau rouge

Les Force India – en pneumatiques super tendres – ont complété le top 5. Le local de l’étape, Perez, pointe en quatrième position (+0.286) devant son coéquipier Nico Hulkenberg (+0.495). Les Français Romain Grosjean (+1.586) et Esteban Ocon (+3.169) sont hors du top 10, onzième pour celui qui a passé le cap des 100 départs en Grand Prix. Le natif d’Evreux est lui vingtième.

La séance, relativement calme dans l’ensemble, a été marquée par un drapeau rouge après un peu plus de 30 minutes. Le pilote Sauber Felipe Nasr a littéralement détruit le côté droit de son aileron avant. Large dans l'enchaînement de courbes à haute vitesse du deuxième secteur, le Brésilien est monté violemment sur un vibreur. La partie avant droite s’est mise à frotter contre la roue avant que celle-ci ne l’explose. Les débris de carbone étant partout sur la piste, la direction de course a décidé de suspendre momentanément la séance.

Difficile d’y voir clair après cette première séance d’essais libres. Entre la poussière, la piste froide et le drapeau rouge, certains n’ont pas été chercher la performance. Plus de réponses, après la FP2.