Mandataire Auto : des réponses à 5 idées reçues

Voir le site Automoto

Guillaume Paoli d'AramisAuto.com
Par La rédaction|Ecrit pour TF1|2012-09-21T13:28:00.000Z, mis à jour 2012-09-24T10:00:07.000Z

Offrant des remises exceptionnelles sur les voitures neuves, les mandataires auto suscitent méfiance de la part d'une majorité de consommateurs, spécialement en raison d'idées reçues. Pour y répondre, nous avons rencontré Guillaume Paoli, PDG et cofondateur de la société AramisAuto.com depuis 2002.

Pour répondre à ces idées reçues sur les mandataire Auto, nous avons posé ces question à Guillaume Paoli, co-fondateur d'AramisAuto.com

Automoto.fr : Une remise de 35% cache forcément quelque chose

Guillaume Paoli : Ces remises sont dues à plusieurs facteurs. Premièrement, nous nous approvisionnons partout en europe. Telle voiture, on va l'acheter en Allemagne, une autre en Espagne, telle autre en Italie, etc. On surveille les prix dans 5-10 pays d'Europe, sur toutes les versions, motorisations, c'est un énorme boulot. Nous sommes toujours en train d'optimiser le prix des voitures que l'on achète, qui se révèle chez nous jusqu'à -35%, là où une concession va aller à -12% selon les marques.
La deuxième raison, c'est que l'on vend sur Internet, nous faisons essentiellement de la communication sur Internet, nous n'avons pas forcément les contraintes d'un distributeur traditionnel, qui doit par exemple dépenser de l'argent dans sa concession.
La troisième raison est que l'on achète beaucoup de voitures, un gros volume avec nos partenaires et concessionnaires. On s'engage sur des volumes sur l'année et ils nous concèdent des remises importantes.


Automoto.fr : Je n'ai pas souvent le choix sur le véhicule

G.P. : Il n'y a pas que des avantages à travailler avec un mandataire, il y a aussi des inconvénients. Si vous voulez une voiture très spécifique, peut-être que nous n'allons pas pouvoir vous la proposer. Par exemple, si c'est une voiture peu diffusée, comme la Renault Wind ou une Fiat Abarth jaune.
Parfois nous n'arrivons pas à nous placer, comme sur la Volkswagen up!. Nous ne la proposons pas car ce n'est pas intéressant financièrement. Également, nous n'avons pas toujours toutes les nouveautés. Exemple, au lancement nous n'avions pas la Citroën DS3, ou la Peugeot 208 parce qu'au départ, les remises ne sont pas intéressantes. Nous nous positionnons comme une alternative.


Automoto.fr : Je ne vais pas disposer d'une garantie constructeur

G.P. : La Commission Européenne impose aux constructeur de garantir leurs voitures dans toute l'Union Européenne. Si vous achetez une voiture en Grèce et que vous déménagez en Irlande, le constructeur doit garantir votre voiture en Irlande. Par contre, si vous allez en Afrique du Sud, ce ne sera pas le cas. Mais en UE, il n'y a aucun problème. Les véhicules disposent de la même garantie et de la même façon.

Automoto.fr : Un mandataire ne propose pas de services
G.P. : Globalement, nous avons plus de choix qu'un concessionnaire, environ 30 marques et nous proposons des voitures neuves et d'occasion. Si j'ai un budget de 17.000 euros, j'ai deux enfants et que je cherche un monospace : Nous sommes en mesure de répondre par cette offre. Si vous avez la même problématique chez un concessionnaire traditionnel, il n'y n'aura qu'un modèle y correspondant, ou deux.
Nous proposons aussi des extensions de garantie, des contrats d'entretien... ceux qui existe chez les concessionnaires. Il y a aussi le "satisfait ou remboursé", vous avez donc 7 jours/500 km pour la ramener. Et également un service de reprise, sans obligation d'achat, pouvant faciliter ou générer des ventes.

Automoto.fr : En achetant chez un mandataire, je revendrai moins cher à l'occasion
G.P. : Dans certains cas, nous proposons des véhicules dont l'équipement diffère un peu de modèle standard en concession. Si vous achetez un modèle sous-équipé par rapport à un modèle standard et que vous le revendez très rapidement, vous pourrez effectivement perdre un peu. Mais si vous le revendez après environ 3 ans, il n'y a pas de différence notable. L'acheteur [de cette occasion] s'attache à un prix, un modèle, une liste d'équipement... Il ne se penche pas sur les détails comme la présence ou non d'airbags latéraux à l'arrière. Il n'y a finalement pas d'incidence sur la valeur.

Guillaume Paoli est PDG et co-fondateur du site AramisAuto.com