Match Renault Mégane E85/Essence : le bilan

Voir le site Automoto

Match Mégane E85/Essence : le bilan
Par etf1|Ecrit pour TF1|2008-09-12T17:03:00.000Z, mis à jour 2008-09-12T17:03:00.000Z

Entre la version Essence et son homologue Flexifuel, quelle Renault Mégane choisir ?

Prise de conscience

Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Dans un précédent Biocar (notre émission consacrée à l’automobile et l’environnement, diffusée sur la chaîne MotorsTV), nous vous annoncions que rouler au bioéthanol permettait de réduire ses émissions de CO2 tout en réalisant de sensibles économies lors des passages à la pompe. Eh bien notre dernier essai tend quasiment à prouver le contraire.

Explications. Jusqu’à présent nous avions comparé les consommations d’un même véhicule flexifuel alimenté soit en essence soit en E85, et le résultat était de loin favorable à l’E85. Oui mais voilà, une auto flexifuel remplie uniquement d’essence réclame plus de carburant que le même véhicule 100% d’origine. Pour être justes, nous avons donc aujourd’hui choisi d’opposer une Renault Mégane 1.6 essence à son homologue 1.6 Flexifuel alimentée en E85. Deux véhicules au design et à l’équipement identiques mais aux moteurs légèrement différents puisque renforcé pour résister à une plus forte corrosion et dépourvu de calage variable des soupapes dans le cadre de l’E85.

A l’usage peu ou pas de différence entre les deux modèles. On notera bien une plus grande souplesse d’utilisation ou encore un silence de fonctionnement supérieur au volant de la Mégane Flexifuel mais c’est loin d’être flagrant… Les chiffres sont en revanche un peu plus parlants : on y découvre par exemple que la Mégane E85 est moins puissante (105 contre 110 ch) mais propose un couple légèrement plus élevé (150 contre 152 Nm), d’où sans doute cette impression de plus grande souplesse. La Mégane essence profite, elle, de meilleures performances mais là aussi cela se joue à pas grand chose. C’est finalement la consommation qui constitue la véritable différence entre ces deux modèles, avec presque 3l/100 km d’écart en défaveur de l’E85 !

Une fausse bonne idée ?

Mais pourquoi donc alors faire le choix d’un véhicule Flexifuel ? Eh bien tout simplement parce que le prix de l’E85 est bien moins élevé à la pompe et qu’à lui seul il compense cet énorme écart de consommation. C’est ainsi que pour un conducteur de Mégane parcourant en moyenne 13 000 km par an, l’utilisation de bioéthanol engendrera une économie d’environ 9 euros par mois. Ce n’est, certes, pas énorme mais comme dirait l’autre, c’est déjà ça ! Reste qu’avec à l’heure actuelle moins de 200 pompes E85 disponibles en France, faire le plein de biocarburant est loin d’être facile. Et c’est là que la bas blesse, car rouler uniquement à l’essence avec une Mégane Flexifuel revient au bout du compte à consommer plus et donc payer plus que si l’on avait opté pour une Mégane essence traditionnelle.

Notre conclusion est donc la suivante : l’achat d’une Mégane Flexifuel est pour l’heure une fausse bonne affaire. Son passage sous la barre des 160 g/km de CO2 lui permet d’éviter les 200 euros de malus relatifs à la nouvelle éco-pastille mais son tarif 200 euros plus élevé remet les compteurs à zéro. Résultat, à moins d’avoir la fibre écolo, nous vous conseillons d’attendre la mise en place de nouvelles pompes E85 avant d’acquérir ce type de véhicule !