McLaren rappel ces P1 à cause d’une ouverture de capot

Voir le site Automoto

McLaren P1 MSO Alain Prost 2015
Par Florent REYNE|Ecrit pour TF1|2016-01-12T14:09:21.849Z, mis à jour 2016-01-13T08:11:51.963Z

L'agence de sécurité routière américaine NHTSA a annoncé, lundi 11 janvier 2016, une opération de rappel sur les supercars McLaren P1, car le capot peut s'ouvrir lorsque le véhicule est en mouvement.

La McLaren P1 est vendu à 1 million d’euros.

Grand Format : la McLaren P1, le monstre britannique aux 916 ch

Le capot du bolide risque de s’ouvrir

« Si le capot s'ouvre lorsqu'on conduit, le risque d'accident augmente » indique, sans humour, la NHTSA dans un communiqué. Les concessionnaires remplaceront, sans frais, une des attaches du capot, précise la NHTSA. Pour rappel, le fondateur de McLaren, le Néo-Zélandais Bruce McLaren, est décédé en 1970 en essayant un prototype de compétition dont le capot arrière s'était décroché à pleine vitesse.

La McLaren P1, présenté au Salon de l'Auto 2012 sous la forme d'une pré-série, le premier modèle de la gamme McLaren « Ultimate Series », a réussi son pari et à rencontrer un large succès pour un public de passionnés. Il y a quelques semaines, la marque britannique a annoncé que ces 375 exemplaires produits de 2013 à 2015, ont tous été vendus.


Sous le capot : un hybride explosif

La McLaren P1 s’offre un bloc moteur de très haute volée. Par son groupe hybride composé du bloc V8 3.8 litres biturbo et d'une motorisation électrique, le bolide s’offre une puissance de 916 ch et développe 900 Nm, pour une vitesse « limitée » à 350 km/h et une accélération de 0 à 100 km/h effectué en 2,8 secondes. « La McLaren P1 a accompli bien plus que ce que nous espérions lorsque nous l'avons présentée il y a trois ans. En tant qu'héritière de la légendaire McLaren F1, elle avait beaucoup à prouver et elle a fait mieux que d'y parvenir », a déclaré Mike Flewitt, PDG de McLaren Automotive.

Pour l'avenir, la firme de Woking va finaliser la production de la version de piste P1 GTR et pense évidemment à une succession. Toutefois, sa remplaçante devra faire preuve « d'une avancée significative en termes de technologie ou de performance » pour faire son nid.

McLaren P1 : moins de 7 minutes sur le circuit du Nürburgring