Dans l'actualité récente

Mercedes-AMG GT R : elle tartine le Nürburgring Nordschleife en 7 minutes 10 !

Voir le site Automoto

16C1108 03 D336008
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2016-12-10T13:17:19.225Z, mis à jour 2016-12-10T13:17:20.627Z

Développée au Nürburgring, la Mercedes-AMG GT R s'est fendu du septième temps absolu sur le prestigieux circuit.

Juste avant la trêve hivernale, le magazine Sport Auto s’est fendu d’un nouveau record. Au volant de la Mercedes-AMG GT R, il a avalé le prestigieux circuit du Nürburgring en 7:10.92 !

7 minutes 10 : record du magazine

Sport Auto en a vu passer des voitures dans son garage. Mais aucune n’a fait mieux que la Mercedes-AMG GT R au Nürburgring dans les colonnes du magazine allemand. La sportive de 585 chevaux, la plus capée dans la gamme, s’est prévalu d’un chronomètre arrêté à 7 minutes 10, établi par le pilote Christian Gebhardt sur les 20,8 kilomètres que comporte le légendaire circuit. Sport Auto avait poussé la Porsche 918 Spyder en 7:13 et la Ferrari 488 GTB en 7:22, la GT R fait donc bien mieux avec zéro modification (les gommes montées étaient des Michelin Pilot Sport Cup 2).

7e temps absolu

Si la Mercedes-AMG GT R est loin du trio de tête du top 100 des meilleurs temps au Nürburgring, (6:48 pour la Radical SR8LM, 6:56.08 pour la Radical SR8 et 6:57 pour la Porsche 918 Spyder), elle se place quand même en septième position dans le classement, intercalée entre la Gumpert Apollo Speed (7:11.57) et la Nissan GT-R Nismo (7:08.68). La NextEV Nio EP (7:05.12) et la Lamborghini Aventador LP 750-4 Superveloce (6:59.73) font également mieux qu’elle. Mais c’est quand même une jolie performance pour Sport Auto et elle.

585 chevaux

Pas la plus puissante des sportives, la Mercedes-AMG GT R n’est pas en reste pour autant. Son block V8 de 4.0 litres bi-turbo peut atteindre le 0 à 100 en 3,8 secondes, pour une vitesse maximale de 318 km/h. A l’arrivée, son chrono réalisé au Nürburgring n’est pas si surprenant : elle a été développée et réglée là-bas, en mode « Beast of the Green Hell ». Il fallait quand même transformer l’essai et elle l’a fait avec brio grâce au talent de Christian Gebhardt.