Dans l'actualité récente

Mercedes-Benz : la France va enfin immatriculer les modèles bloqués

Voir le site Automoto

Mercedes-Benz A 45 AMG 2013
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2013-08-27T14:21:00.000Z, mis à jour 2013-08-27T14:57:46.000Z

Plus de 4.500 Mercedes (A, B, CLA et SL) vont pouvoir être enfin immatriculées, bloquées depuis le 12 juin dernier par la France en raison de l'utilisation d'un fluide réfrigérant interdit par directive européenne, le Conseil d'État ayant jugé qu'il n'était pas dangereux

Fin de l'affaire ?
Jugeant mardi 27 août que le gaz réfrigérant utilisé par les Mercedes-Benz impliquées n'était pas dangereux pour l'environnement, le Conseil d'Etat a obligé à la France de rouvrir les immatriculations, bloquées depuis deux mois et demi.


Une décision encore provisoire, car le fond du dossier doit encore être traité.


10 semaines de blocage

Depuis le 12 juin, la France bloquait quatre modèles Mercedes-Benz, la compacte Classe A, le monospace Classe B, la berline CLA et le coupé-cabriolet de luxe SL. En faute, le constructeur allemand y utilisait le "R134f", un gaz réfrigérant interdit depuis le 1er janvier 2013 par une directive de l'Union Européenne en application et donc dans l'Hexagone.


Mercedes-Benz persistait à l'utiliser, jugeant que le nouveau gaz autorisé, le "R1234yf", était inflammable et donc dangereux pour la sécurité.


Contestant le blocage des immatriculations de ses modèles phares, la marque à l'étoile avait saisi le tribunal administratif de Versailles, qui avait suspendu le blocage fin juillet. Or le ministre de l'Ecologie, Philippe Martin, a de suite répliqué en appliquant une clause de sauvegarde, pouvant interdire de nouveau l'immatriculation durant 6 mois en cas de risque de "danger pour la santé, l'environnement ou la sécurité routière".


Combat Allemagne-France ?
Pour certains, cette affaire traduirait le conflit opposant la France et l'Allemagne sur une future loi visant à réduire les émissions moyennes de CO2 en Union Européenne à moins de 95 g/km, Impactant davantage les voitures allemandes que françaises, la loi est contestée sans surprise par la chancelière Angela Merkel.


De là à y voir une réponse par cette interdiction de certaines Mercedes en France...


Nouvelle affaire Toyota ?
Et Toyota vient mettre son grain de sable depuis samedi 24 août, en communiquant un retour à l'utilisation du R134f interdit, sur les Prius, GT86 et Lexus GS, pour la même raison que le nouveau R1234yf représenterait un danger pour la sécurité...