Mercedes SLS AMG, l'héritière de la Gullwing

Voir le site Automoto

Mercedes SLS AMG - photo volée - 3/4 avant
Par Raphael SYLVESTRE|Ecrit pour TF1|2009-03-25T09:03:00.000Z, mis à jour 2009-03-25T09:03:00.000Z

Vous vous souvenez probablement de la célèbre Mercedes SL300 Gullwing et de ses portes papillons si particulières : et bien la marque à l'étoile réveille le mythe, avec cette nouvelle SLS by AMG.

Face à l'Audi R8 V10

Sous les traits de ce prototype encore camouflé se cache la SLS AMG, qui n'est autre que le futur coupé ultra-sportif que Mercedes compte commercialiser à l'automne 2010. Une sorte de réponse du berger à la bergère qui fait irrémédiablement écho à la très exclusive R8 V10 dévoilée par Audi en début d'année.

D'ailleurs, histoire de nous conforter dans cette idée, la nouvelle venue et son V8 6.3 AMG de 571 ch (monté en position centrale avant) affiche des performances quasi-similaires à celles du coupé de la firme aux anneaux. Ses 650 Nm de couple disponibles à 4 750 tr/mn lui permettent, en effet, de passer de 0 à 100 km/h en seulement 3,8 s avant d'atteindre la vitesse maximum de 315 km/h.

Et la comparaison ne s'arrête pas là, puisque les deux autos affichent exactement le même poids de 1 620 kg. Résultat, grâce à sa puissance supérieure (571 ch contre 525 ch), la SLS AMG se paie le luxe de posséder un meilleur rapport poids/puissance que sa rivale avec 2,84 kg par cheval...



Un moteur proche de la compétition

Pour parvenir à de telles performances, les ingénieurs de la branche sportive de Mercedes se sont notamment attachés à reconfigurer entièrement le V8 6.3 qui équipe habituellement les autres modèles AMG, afin qu'il se rapproche encore davantage des caractéristiques de la compétition.

Ainsi, le coupé SLS hérite-t-il d'un nouveau système d'admission, d'un arbre à cames et de soupapes remaniés, ou encore d'un système d'échappement non-étranglé. Enfin, l'adoption de la lubrification à carter sec se traduit par une position bien plus basse du moteur et par conséquent un abaissement du centre de gravité de l'auto.

Autre particularité, au même titre que la Classe C engagée en DTM (le championnat de supertourisme allemand), la SLS AMG bénéficie d'une transmission de type Transaxle, c'est à dire montée à l'arrière. Une technique qui permet en outre d'obtenir une répartition très équilibrée des masses, de l'ordre ici de 48% à l'avant et 52% à l'arrière. Il s'agira d'une boîte double embrayage à sept rapports.


40 ans d'attente

Premier véhicule de la marque développé intégralement par la branche sportive de Mercedes depuis 40 ans, la SLS AMG marquera le retour de l'architecture Gullwing (littéralement « aile de mouette ») chez le constructeur allemand. En effet, à l'instar de la SL300 de 1954, cette nouvelle supersportive hérite de portes papillon à l'ouverture toujours aussi spectaculaire.

Mais ce n'est pas tout, la SLS AMG sera également la première Mercedes dotée d'un châssis treillis et d'une carrosserie entièrement réalisés en aluminium. Enfin, pour ce qui est du passage de la puissance au sol, cette propulsion pourra compter sur de larges jantes en alliage léger chaussées de pneus 265/35 R19 à l'avant et 295/30 R20 à l'arrière.

Ce à quoi viendront s'ajouter, pour les freinages extrêmes, de nouveaux disques en céramique composite (en option), à la fois plus légers et plus efficaces.