Tesla : Le système "Autopilot" blanchi après un accident mortel

Voir le site Automoto

La fonction Autopilot
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2017-01-20T10:30:02.416Z, mis à jour 2017-01-20T11:40:05.518Z

Elon Musk et sa marque Tesla peuvent souffler. L’Autopilot, système de conduite semi-autonome installé dans les véhicules de la marque, a finalement été mis hors de cause par les résultats d’une enquête liée à un accident mortel aux Etats-Unis.

Les détracteurs de l’Autopilot, qui souhaitaient faire de cet accident un argument pour interdire la fonction de Tesla, risquent d’être déçus.


7 secondes pour réagir

L’Autopilot est sorti d’affaire. Pointé du doigt lors du crash d’une Tesla qui a entraîné la mort du conducteur en mai dernier, en Floride (Etats-Unis), le logiciel semi-autonome a finalement été blanchi par l’agence fédérale de la sécurité routière (NHTSA), chargée de l’enquête. « Aucun défaut de conception ou de performance du système n’a été identifié », a écrit l’organisme, dans un rapport rendu public ce jeudi 19 janvier.


Un DVD d’Harry Potter comme responsable ?

Suite à l’accident, impliquant également un camion, plusieurs accusations avaient évoqué une défaillance de la fonction, dont les caméras n’avaient pas détecté le flanc blanc du poids lourd à cause d’une extrême luminosité. L’Autopilot n’avait pas décelé la situation d’urgence et n’avait donc pas agi sur le système de freinage. Aucune défaillance technique du système n’a été découverte par les enquêteurs, et ils ont également conclu que le conducteur a eu 7 secondes pour agir.

L’automobiliste était donc distrait, et un témoin a rapporté qu’il regardait un DVD d’Harry Potter… Depuis, Tesla a largement amélioré sa fonction.