Mondial de l'Auto 2010 : nouvelles Lotus Evora S et IPS

Voir le site Automoto

Lotus Evora S 2010 01
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2010-08-27T08:55:00.000Z, mis à jour 2010-08-27T08:55:00.000Z

Comme le stipulait la fuite incontrôlée voilà deux semaines, les Lotus Evora S et Evora IPS feront leur avant-première au Mondial de l'Auto 2010 en octobre prochain.

Voici les nouvelles Lotus Evora S et Evora IPS, versions méchante et automatique du coupé 2+2 de la marque.

Extérieurement, c'est un sacré défi de la différencier du modèle de base, du moins à l'avant. La Lotus Evora S n'adopte aucune évolution esthétique en son faciès, si ce n'est la grille de calandre maillée. Par contre, c'est le défouloir à l'arrière où le diffuseur prend une dimension hallucinante avec sa large sortie d'échappement centrale.

Lotus Evora S 2010 02


Mais c'est bien le moteur qui est au centre des préoccupations puisque que le 3,5 litres V6 passe de 280 à quelques 350 chevaux. Pesant 1.437 kg à sec, la Lotus Evora S déterre le 0 à 100km/h en 4,6 secondes soit 3 dixièmes plus vite qu'une Porsche Cayman S, sa rivale allemande, et pousse jusqu'à la vitesse de 277 km/h. La consommation moyenne table à 10 litres/100km tout rond, les émissions à 239 g/km de CO2.


Dany Bahar, PDG de Lotus Cars, explique pourquoi la Lotus Evora S débarque dans la gamme : "C'est la nouvelle étape de l'expérience Evora. Elle communique mieux avec vous, les paramètres de suspensions sont améliorés pour le gain de puissance et la maîtrise, donc répond mieux au niveau de la direction. C'est une voiture instinctive, l'expérience est pure."

Lotus Evora IPS 2010 02


Ce nom ne vous évoque rien, nous non plus. Le terme IPS signifie "Intelligent Precision Shift", signifiant des passages de vitesses à « précision intelligente ». En résumé, cette Lotus Evora IPS est la version automatique du modèle de 280 ch, dotée de palettes au volant (photo ci-dessus), en faisant une séquentielle.

Ces deux modèles seront lancés en fin d'année, dont les prix seront communiqués probablement à leur première parisienne.