Mondial de l’Automobile 2016 : Pourquoi cette baisse de fréquentation ?

Voir le site Automoto

Renault TreZor Concept Mondial de l'Auto 2016
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2016-10-17T10:34:17.276Z, mis à jour 2016-10-17T14:44:56.919Z

L’édition 2016 du Mondial de l’Automobile s’est conclue sur 1,07 million de visiteurs, soit une baisse de 14% par rapport à 2014, mais ce salon automobile reste encore le plus fréquenté au monde.

Après avoir culminé à plus de 1,2 million de visiteurs en 2014, le Mondial de l’Automobile (1-16 octobre 2016) organisé à Paris - Porte de Vesailles, a enregistré une baisse de fréquentation à 1,07 million (-14%). Mais comment expliquer ce résultat ? Quelles furent les tendances et stars de ce salon automobile, qui reste le premier au monde ?


Pourquoi cette baisse ?

La première raison évoquée par les organisateurs est la suite des attentats (novembre 2015), “ayant affecté tous les évènements nationaux”. Mais à cela, il faut y rajouter l’absence de nombreux acteurs, notamment du segment luxe/sport comme Lamborghini, Rolls-Royce, Bentley ou Aston Martin, et des marques d’importances à l’instar de Ford, Mazda ou Volvo.

Également, comme un pied de nez à ce Mondial, BMW a choisi de dévoiler sa nouvelle Série 5 à Paris, mais dans son show-room Georges V, le 13 octobre dernier, tandis qu’Alfa Romeo zappe la capitale française pour dévoiler son premier SUV, le Stelvio, à Los Angeles en novembre prochain.

Autre déception chez les marques tricolores, la renaissance de l’Alpine ne sera effective qu’en toute fin d’année, aucune nouvelle DS n’a brillé sur le stand, et la Bugatti Chiron a nargué le public en ne s’affichant que dans la soirée Volkswagen le 28 septembre à la Fondation Louis Vuitton.

Point positif selon le communiqué, les commandes se sont révélées en forte hausse “pour de nombreux constructeurs”, et un sondage affirme que “1 visiteur sur 3 a l’intention d’acheter, contre 1 sur 4 en 2014”.


Des stars en pagaille

Malgré l’esquive de ces constructeurs, de nombreuses avant-premières ont su faire le spectacle. Renault exposait un des plus beaux concept-cars (la sportive électrique TreZor) ainsi que ses Koleos, Alaskan, ZOE à 400 km d’autonomie ou Scénic, Peugeot misait tout sur ses SUV 3008 et 5008, pendant que Citroën pariait sur une audacieuse C3 épaulant le prototype CXperience. Hormis la ZOE, l'électrique était omniprésente, d'abord avec Tesla agrandissant son offre via le Model X, puis Opel promettant une Ampera-E à 500 km d'autonomie, Smart convertissant ses 3 modèles aux batteries

Ailleurs, Mercedes-Benz jouait aussi l’électrique avec son concept Generation EQ, l’énorme Maybach Vision 6 ou les Smart ED, BMW rêvait d’un crossover sport via l’étude X2, Audi surfe sur les SUVs au travers du nouveau Q5 et le sport par sa RS3 berline, mais le bijou de ce salon était sans conteste le stand Ferrari, avec l’ultra-exclusive (120 exemplaires) LaFerrari Aperta à 2 millions d’euros, la GTC4Lusso T à moteur V8 et sa série 70ème anniversaire étalée sur ses California, F12 ou 488.

Prochain salon international d'importance, celui de Los Angeles (Etats-Unis), démarrera le 14 novembre prochain. Le prochain Mondial de l’Automobile 2018 aura lieu toujours à Paris, début octobre.