Moto2 – GP d’Allemagne 2016 : Zarco s’est encore comporté en patron

Voir le site Automoto

Johann Zarco (Ajo) lors du Grand Prix d'Allemagne 2016
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2016-07-18T10:36:29.573Z, mis à jour 2016-07-18T10:36:32.299Z

Johann Zarco (Ajo) n’était peut-être pas le plus rapide sur le circuit du Sachsenring. Mais contrairement à tous ses principaux concurrents, il a eu le mérite de déjouer le piège tendu par la pluie, et de garder son sang-froid lors d’une fin de course à très grand suspens.

Décidément, la manche allemande a récompensé les pilotes les plus habiles. Avant la victoire stratégique de Marc Marquez en catégorie reine, Johann Zarco s’est adjugé, à sa manière, une quatrième victoire saisonnière.

Souvenez-vous, lorsqu'il est entré dans la cour des grands... 


Elancé depuis la première ligne, le Français a d’abord souffert d’un manque de rythme sur la piste gorgée d’eau du Sachsenring. Takaaki Nakagami (Team Asia), Alex Rins (Paginas), Franco Morbidelli (Estrella Galicia) l’ont devancé. Le Cannois a eu le mérite de ne jamais perdre le contact sur le groupe de leaders. Et il a laissé passer l’orage, avant de voir tous ses rivaux tomber, un à un.

Rins… en tête-à-queue !

A cinq tours du drapeau à damiers, le pilote Ajo Motorsport a pris les commandes de l’épreuve lorsque l’Italien Morbidelli a encore laissé filer sa première victoire en carrière en chutant au premier virage.


Une aubaine pour le protégé de Laurent Fellon. Surtout qu’il n’a même pas été inquiété par Rins, son principal rival au Championnat. Le jeune prodige espagnol, qui rejoindra Suzuki en catégorie reine, a inventé le concept de tête-à-queue moto ( !) à quatre tours de l’arrivée.

59 millièmes sur la ligne !

Le local Jonas Folger (Dynavolt), futur coéquipier de Zarco chez Tech3 en 2017 et seul rival du Français à être resté sur ses roues, a bataillé jusqu’au bout. Il a même chipé la tête de course au champion du monde en titre dans le dernier virage !


Mais, sans paniquer, le pilote tricolore a tiré profit d’une sortie de courbe mieux négociée pour passer la ligne avec… 59 millièmes d’avance sur l’Allemand ! Un succès qui lui a permis de faire le break au Championnat. Et de se placer idéalement en vue d’une deuxième couronne consécutive. Cela valait bien un joli salto.