MotoGP 2015 : le point à la mi-saison

Voir le site Automoto

MotoGP 2015   Marc Marquez   Valentino Rossi   Jorge Lorenzo
Par Stéphanie OLIVERO|Ecrit pour TF1|2015-07-13T12:54:27.632Z, mis à jour 2015-07-13T13:54:22.045Z

9 manches du Championnat du Monde de MotoGP sur 18 ont d’ores et déjà été disputées. Que retenir de cette première partie de saison ? Automoto passe en revue les performances des différents pilotes.

Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas forcément. A la même période l’an passé, Marc Marquez écrasait la concurrence avec un parcours sans faute : 9 victoires sur 9. Mais alors que la trêve estivale se profile, le championnat 2015 apparaît plus ouvert que jamais…

Yamaha , l’équipe de référence

Et la tendance s’est carrément inversée puisque Yamaha, qui avait dû attendre treize épreuves avant de triompher, en est déjà à sept succès… contre deux seulement pour Honda. Au sein du team, même si Jorge Lorenzo comptabilise une victoire de plus que Valentino Rossi, l’Italien détient le leadership. Plus régulier, le nonuple Champion du Monde n’est jamais descendu du podium –une prouesse- tandis que son coéquipier a eu un peu plus de mal à se mettre dans le bain. La force de Valentino Rossi : son mental. Ses adversaires en ont eu la démonstration à Assen… L’enfant de Tavullia ne lâche rien malgré ses 36 ans, alors que certains le voyaient déjà partir à la retraite – référence à l’incident survenu dans la dernière chicane face à Marc Marquez.

Mais Jorge Lorenzo reste dans la course au titre. Le Majorquin pointe à 13 petites longueurs de Valentino Rossi. L’Espagnol a également décroché une impressionnante série de victoires, enchaînant Jerez, Le Mans, Mugello et Catalogne… ce qui n’était jusque-là jamais arrivé dans sa carrière.

Honda remonte peu à peu la pente

Et depuis quelques semaines, Marc Marquez montre aussi des signes de réveil. Après un ‘énorme’ passage à vide –deux chutes consécutives début juin- le Champion du Monde a prouvé qu’il était de retour aux avant-postes en venant donner du fil à retordre à Valentino Rossi dans le dernier tour du GP des Pays-Bas. Le jeune prodige du clan Honda devra se contenter de la 2e place mais finira par prendre sa revanche deux semaines plus tard au Sachsenring, en l’emportant au terme d’un cavalier seul. 4e du classement pilotes, la question est de savoir s’il pourra combler ces 65 points qui le séparent de Valentino Rossi.

On pourrait également regretter l’absence de Dani Pedrosa durant trois courses ; l’Espagnol ayant dû se faire opérer du syndrome des loges. Résultat, il n’occupe que la 7e place du général, malgré un récent podium.

Ducati et Suzuki, les challengers

Les Ducati quant à elle observent une baisse de régime, alors qu’elles avaient été brillantes en début de saison : cinq podiums sur les six premières épreuves. Andrea Dovizioso en a signé quatre, Andrea Iannone deux. Mais depuis quelques manches, Dovizioso marque le pas. L’Italien, qui termine cette première partie de saison sur une chute, est de plus en plus souvent dominé par son cadet. Iannone est d’ailleurs passé devant son coéquipier au championnat. 3e du classement pilotes, il possède 118 points contre 87 pour l’ex-Champion du Monde 125.

Les Suzuki ont prouvé qu’elles étaient capables de jolis coups d'éclat. Exemple en Catalogne, lorsque Aleix Espargaro et Maverick Vinales s’élancent des deux premières places. Le team japonais avait tout de même reçu ce week-end là des évolutions moteur. Mais Espargaro a pu récidiver aux Pays-Bas bien qu’il soit dominé au championnat par le rookie du plateau. Il accuse en effet 13 points de retard sur Vinales, qui figure dans le top 10.

Côté Français, Mike di Meglio et Loris Baz se battent valeureusement. L’ex-pilote Superbike a signé deux 12e places pour ses débuts en MotoGP. Régulièrement dans les points, il occupe la 16e place du général huit rangs devant l’ex-champion du monde 125.