MotoGP – GP de Saint-Marin 2016 : ce qu’il faut retenir de la première journée

Voir le site Automoto

Le doigt d'honneur de Valentino Rossi
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2016-09-09T14:35:30.851Z, mis à jour 2016-09-09T14:50:44.711Z

Du doigt d’honneur de Valentino Rossi (Yamaha) à la surprise Pol Espargaro (Tech3) en passant par la chute de Marc Marquez (Honda), voici tout ce qu’il faut retenir à l’issue des deux premières séances d’essais libres.

La première journée a été marquée par des chutes, des surprises et… des gestes d’humeur.


Marquez dans les graviers

Comme Andrea Iannone (Ducati), Marc Marquez (Honda) a perdu le contrôle de sa machine lors de la séance matinale. Le phénomène de Cervera a glissé à l’entrée du virage n°10, à faible allure. 

Contrairement à l’Italien, le Catalan s’en est sorti sans bobo. Le leader du Championnat du monde avait été comparé à un chat par Jorge Lorenzo (Yamaha) notamment pour sa faculté à tomber sans se blesser.


La surprise Pol Espargaro

Et si c’était lui, le 8e vainqueur différent en 8 manches ? Miraculé lors du Grand Prix de Grande-Bretagne, où il a été impliqué dans une effroyable collision avec Loris Baz (Avintia), l’Espagnol s’est invité aux premiers rangs lors des deux séances. 

Deuxième temps derrière Valentino Rossi (Yamaha) lors des libres 1, il s’est même adjugé le chrono de référence en début d’après-midi. Le pilote Tech3 a bouclé son tour le plus abouti du circuit Marco Simoncelli en 1’32’’769.


Les outsiders devant les cadors

D’ailleurs, deux autres pilotes sans victoire cette saison ont suivi le rythme de Pol Espargaro lors des libres 2. Dani Pedrosa (Honda) s’est classé deuxième à 65 millièmes du meilleur temps et Andrea Dovizioso a réussi le troisième chrono, à 132 millièmes. 

Les cadors ? Ils ont dû se contenter des 4e, 5e et 6e rangs en deuxième séance. Lorenzo a devancé Marquez et Rossi.


Agacé, Rossi ? 

Gêné à l’entrée de l’avant-dernier virage par Aleix Espargaro (Suzuki) en début d’après-midi, la star de Tavullia a pesté contre le Catalan, alors que celui-ci s’apprêtait à entrer dans son box. 

Malgré un petit signe de la main synonyme d’excuse de la part du pilote Suzuki, le multiple champion du monde n’a pas (vraiment) pas apprécié. 

Sur toute la ligne des stands, il a multiplié les gestes d’humeur à l’encontre de l’aîné des frères Espargaro, levant même le doigt en sa direction. (On vous laisse deviner lequel).