Dans l'actualité récente

MotoGP Losail 2015 : l'éternel Rossi bat les Ducati

Voir le site Automoto

Valentino Rossi s'impose au Qatar
Par Maxime CLAUDEL|Ecrit pour TF1|2015-03-29T19:05:00.000Z, mis à jour 2015-03-29T19:12:21.000Z

Si quelqu'un en doutait, Valentino Rossi est toujours là. Absent en qualifications, l'Italien a hissé sa Yamaha devant la Ducati hyper rapide d'Andrea Dovizioso. Les Honda, elles, ont déçu.

Décevantes depuis le début du week-end, plus particulièrement pendant les qualifications, les Yamaha de Jorge Lorenzo et Valentino Rossi ont mené la vie dure à la Ducati d'Andrea Dovizioso, auteur de la pole. C'est finalement El Doctor qui s'est imposé au Qatar pour la première course de la saison 2015.

Rossi au finish
Valentino Rossi rêve d'un dixième titre, son huitième dans la catégorie reine, et force est de reconnaître que l'Italien n'a rien perdu de sa vista. Huitième sur la grille de départ, il a patienté jusqu'au dernier tiers de la course, au moment où son coéquipier a lâché prise malgré un excellent départ, pour s'attaquer à Dovizioso et sa Ducati hyper rapide.


Toute la soirée, Dovizioso aura lutté tant bien que mal pour contenir les deux pilotes Yamaha et il pourra longtemps remercier son impressionnante vitesse de pointe, sur laquelle il pouvait compter en ligne droite. Mais ce n'était pas suffisant pour battre l'increvable Valentino Rossi, déchainé dans les derniers tours et qui a su profiter de son choix d'avoir chaussé un pneu dur à l'avant.


L'Italien s'impose devant ses compatriotes Dovizioso et Iannone. Jorge Lorenzo, qui s'est offert un beau mano a mano avec le poleman, se contentera finalement de la quatrième place.

Honda, la déception
Pour ainsi dire, tout le monde s'attendait à un beau duel entre les Honda, dominatrices aux essais, et les Ducati. Mais, dès le départ, les espoirs ont été vite douchées. Marc Marquez et Dani Pedrosa sont mal partis et le double Champion du Monde en titre s'est même rendu coupable d'une sortie de piste pendant le premier tour. Alors bon dernier, il a fait le spectacle pour remonter comme il se doit mais il était trop loin pour faire mieux que le cinquième rang. Son coéquipier, sixième sur la ligne, n'a jamais su trouver le rythme.