Dans l'actualité récente

MotoGP – Mugello 2016 : Lorenzo pour 0,019 seconde !

Voir le site Automoto

Lorenzo Marquez MotoGP Mugello italie 2016
Par Matthieu LAURAUX|Ecrit pour TF1|2016-05-23T14:44:50.293Z, mis à jour 2016-05-23T16:57:55.963Z

L’Espagnol Jorge Lorenzo (Yamaha) a remporté une superbe victoire au GP d’Italie sur le tracé du Mugello, passant Marc Marquez (Honda) sur la ligne d’arrivée pour 19 millièmes de secondes.

Avec sa victoire au finish, Jorge Lorenzo garde la tête du championnat, et éloigne Valentino Rossi lâché par sa monture.


Rossi casse

Bien qu’en pole position, « The Doctor » se faisait souffler la tête dès le départ par son coéquipier, Jorge Lorenzo. Inscrit dans sa roue arrière pendant tout le début de la course avec des opportunités de dépassement en ligne droite, Valentino Rossi a dû céder sur une casse moteur, intervenue au 8ème tour. Dépité, l’Italien a laissé orphelin le public, amassé par dizaines de milliers dans les tribunes pour l’acclamer.


Lorenzo sur un fil !

Pendant que les Yamaha se battaient, un certain Marc Marquez tentait de revenir. Après s’être débarrassé d’Aleix Espargaro (Suzuki) dès le 2ème tour puis de Rossi, l’Espagnol faisait le contact avec Jorge Lorenzo. Patientant sagement avec de timides tentatives, il attend le dernier tour pour porter ses véritables attaques. 

Doublant puis redoublé, Marquez récupère la tête dans les derniers tours. Mais Lorenzo cravache à la sortie de la dernière courbe, prend l’aspiration, et passe Marquez pour 0,019 seconde sur la ligne ! Avec ce résultat, le Majorquin conserve la tête du championnat avec 10 longueurs sur le pilote Honda, et surtout 37 points sur Rossi. Andrea Iannone sauve l’honneur de l’Italie et de Ducati, en montant sur la petite marche du podium, devant Dani Pedrosa (Honda).


Pas la plus courte

A noter, cette arrivée n’est pas la plus serrée de l’histoire du MotoGP, le Grand Prix du Portugal du 15 octobre 2006 avait vu l’Espagnol Toni Elias battre Valentino Rossi à Brno pour seulement 2 millièmes de seconde ! C’était par ailleurs la dernière fois qu’un pilote d’une "équipe satellite" remportait une course en catégorie reine.