MotoGP : Pourquoi le Grand Prix de Malaisie 2016 est d’une importance capitale

Voir le site Automoto

Valentino Rossi (Yamaha Factory)
Par Julien PEREIRA|Ecrit pour TF1|2016-10-27T07:38:27.040Z, mis à jour 2016-10-27T07:38:27.040Z

Même si Marc Marquez (Honda HRC) s’est déjà assuré le titre et que Valentino Rossi (Yamaha Factory) a quasiment sécurisé la place de dauphin, la manche malaisienne conserve de véritables intérêts pour le Championnat. Voici pourquoi.

Un titre, un symbole et un enjeu économique. Voilà, en quelques mots, tout ce qu’englobe le prochain Grand Prix de Malaisie, qui sera disputé ce dimanche 30 octobre 2016.


L’enterrement du Sepang Clash

Un an après, quasiment jour pour jour, l’incroyable altercation qui a opposé Valentino Rossi (Yamaha Factory) et Marc Marquez (Honda) n’est presque plus qu’un mauvais souvenir. Presque ? Oui, parce que les deux pilotes n’ont évidemment pas retrouvé leur complicité d’antan, même s’ils ont largement enterré la hache de guerre. 

Au Grand Prix de Catalogne, la superstar italienne avait tendu la main au prodige de Cervera et fait le premier pas vers la paix. Un geste symbolique, intervenu quelques heures après la mort de Luis Salom. L’un d'eux pourrait avoir la bonne idée de réitérer une petite mise en scène, histoire de définitivement dissiper les cendres du désastre. 


Lin Jarvis, lui, a déjà fait le premier pas : "Si Rossi n’avait pas été aussi dur lors de la conférence de presse qui avait précédé ce Grand Prix, je suis quasiment sûr que Marquez n’aurait pas eu cette réaction disproportionné. C’est son erreur", a-t-il confié le patron de l’équipe Yamaha au quotidien italien La Gazzetta dello Sport. Il n’est jamais trop tard pour remettre les choses au clair.

Guerre entre Honda et Yamaha

Aux yeux des spectateurs, le titre « Pilotes » a beaucoup plus d’importance que la couronne « Constructeurs »… Pourtant, celle-ci va jouer un rôle primordial pour la course de dimanche. Pour les deux mastodontes, "tout est une question d’honneur", comme l’a déclaré Livio Suppo, manager de l’équipe officielle Honda, à Marca. A deux manches du terme de la saison, la firme de Tokyo compte 33 points d’avance sur la marque aux diapasons. 


En course, seule la moto la mieux classée rapporte des points à son constructeur. Cal Crutchlow (LCR), vainqueur à Phillip Island, a donc couvert la chute de Marquez pour permettre à l’Aile Dorée d’empocher 25 points. Il faudrait donc un miracle à Yamaha pour leur permettre d’inverser la tendance… 

Mais une victoire à Sepang permettrait à la marque de sauver quelques meubles : le marché asiatique, et plus particulièrement la Malaisie, est un véritable enjeu économique pour les deux mastodontes. C’est la raison pour laquelle Marquez a multiplié les apparitions sur les réseaux sociaux ces dernières heures. Le champion du monde a réalisé des essais de la CBR250RR, et même donné des cours à de jeunes pilotes en herbe. Preuve que les enjeux du week-end dépassent largement l’aspect sportif.