Nissan 370Z Roadster, à peine arrivée déjà adoptée

Voir le site Automoto

Contact Nissan 370Z Roadster : un baril de lascif
Par Said EL ABADI|Ecrit pour TF1|2009-12-02T14:43:00.000Z, mis à jour 2009-12-02T14:43:00.000Z

Tarif canon, physique élégant et intérieur agréable, la Nissan 370Z roadster va faire des ravages. A quelques mois de son arrivée dans l'hexagone, la nippone fait déjà bonne impression.

Avouons-le, la piste n'est pas le terrain de jeu favori de celle Nissan, davantage vouée aux promenades à bon rythme sous un soleil printanier. Mais sous la grisaille mancelle, le Roadster nous a néanmoins convaincus de son potentiel, à première vue égal à celui du coupé.



Nissan a, il est vrai, mêlé dès le départ le développement de ces deux versions de la "Z" afin de limiter la différence de poids entre les deux modèles. De fait si l'on en croit sa fiche technique, cette variante découvrable n'accuse in fine que 28 kg de plus. Le rajout de renforts structurels, notamment dans ses montants de pare-brise et ses bas de caisse, a en effet été compensé par l'arrivée de panneaux de carrosserie en aluminium tels que le capot, les portières et le couvercle de coffre.


Avec ses voies élargies (de 15 mm à l'avant et 55 mm à l'arrière) et son empattement réduit de 10 cm par rapport à son prédécesseur, ce roadster se montre aussi agile que facile. Toutefois dans l'effort, celui-ci nous est apparu moins incisif que le Nissan coupé 370Z, du fait de suspensions plus souples concédant davantage de roulis.


Si, à l'instar du châssis, ce bloc de 331 ch privilégie la souplesse à la brutalité, il délivre de savoureuses montées en régime dont on profite pleinement décapoté. Il devrait permettre à la Z de signer des chronos honorables (les chiffres n'ont pas encore été communiqué), proches de ceux du coupé qui parcourt le 0 à 100 km/h en 5,3 s. La transmission automatique à 7 rapports convainc quant à elle par sa réactivité et sa rapidité en mode manuel.


L'efficacité du petit saute-vent en verre disposé entre les arceaux de sécurité limite les remous à bord, et l'arrivée de sièges chauffants "maillés climatisés" et incite à tomber le haut quelque soit la météo. Pour ce faire, rien de plus simple : une pression sur un bouton et 20 secondes plus tard, nous voici à l'air libre. Désormais 100 % automatique, la manoeuvre ne demande plus de verrouillage manuel.


La Nissan 370Z Roadster poursuit son numéro de charme. Avec son prix de 43.800 euros - soit un surcoût de 2.900 euros par rapport au coupé - elle reste largement plus accessible qu'une Audi TTS Roadster (+ 9.140 euros) ou qu'une Porsche Boxster S (+ 13.885 euros).

Lancée en France en février 2010, la belle nous dévoilera ses charmes plus en détails dans un prochain essai complet.